Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Prolonger le Charles-de-Gaulle après 2038 : une décision à un milliard d'euros




Publié par Jean-Baptiste Le Roux le 26 Juin 2023

Confrontée à des impératifs budgétaires, la France évalue l'option de prolonger la durée de service du porte-avions Charles de Gaulle. Cette proposition, estimée à plus d'un milliard d'euros, pose des questions cruciales sur la faisabilité technique et le rapport coût-bénéfice pour la nation.



Un défi technique de taille

Porte-avions Charles de Gaulle
Porte-avions Charles de Gaulle
Faut-il prolonger l'activité du porte-avions Charles-de-Gaulle au-delà de 2038 ? La question est à la fois technique et financière... La durée de vie d'un porte-avions à propulsion nucléaire, tel que le Charles de Gaulle, est dictée par les cycles de ses arrêts techniques majeurs (ATM). La prochaine pause prévue, en avril 2027, offrira l'opportunité d'évaluer l'état de l'acier des cuves des deux réacteurs K-15.

Cette évaluation technique est d'une importance capitale. En effet, il est impossible de prédire avec certitude l'état de l'acier des cuves sur le long terme. L'ATM de 2027 sera donc déterminant pour décider si une prolongation de la durée de service du Charles de Gaulle est possible ou non. Si tel est le cas, si techniquement le porte-avions Charles-de-Gaulle peut continuer à prendre la mer au-delà de 2038, se posera alors la question du financement.

Une prolongation à plus d'un milliard d'euros

Si l'état des cuves permet d'envisager une prolongation, des considérations financières et logistiques supplémentaires devront être prises en compte. Notamment, la production de deux coeurs de réacteurs nucléaires supplémentaires sera nécessaire, un processus qui demande une adaptation de la planification de production actuelle. L'investissement pour prolonger le porte-avions Charles de Gaulle dépasserait alors largement le milliard d'euros, selon l'amiral Pierre Vandier.

La décision de poursuivre dans cette voie nécessite donc une réflexion approfondie sur le retour sur investissement pour la France, particulièrement dans le contexte international actuel marqué par des tensions en Méditerranée et en Indo-Pacifique. Le coût d'un second porte-avions de nouvelle génération est également en discussion, malgré les réserves budgétaires du ministère des Armées. Ces défis financiers et techniques rappellent que le maintien de la puissance navale de la France est un enjeu majeur qui demande une planification soignée et des décisions stratégiques réfléchies.



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2024 - 11:20 L'avenir du Tigre : un hélicoptère robotisé ?