Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Versailles : la France veut vendre un bâtiment de l’armée aux Émirats




Publié par le 9 Décembre 2021

La mairie de Versailles cherche actuellement des investisseurs du côté de Dubaï pour acheter la caserne des Récollets. Un ancien couvent royal situé à 100 mètres du Château, détenu par le ministère des Armées.



Un projet hôtelier de luxe à Versailles

Couvent des Récollets - Wikipedia
Couvent des Récollets - Wikipedia
Voilà qui ne devrait pas plaire à tout le monde. Le ministère des Armées, via la municipalité de Versailles et Business France, cherche à se séparer de l’un de ses joyaux historiques et architecturaux. Il s’agit plus précisément de la caserne des Récollets, un ancien couvent royal, véritable joyau architectural, situé à 100 mètres des grilles du Château de Versailles.

Construite par Jules Hardouin-Mansart, le premier architecte de Louis XIV, cet ancien couvent royal pourrait bien devenir un projet hôtelier de luxe, si les pouvoirs publics arrivent à trouver des investisseurs. Et il semblerait que le ministère des Armées ait décidé de jeter son dévolu sur les Émirats arabes unis, à qui il vient déjà de vendre 80 chasseurs Rafale.

50 millions d'euros

Le 7 décembre dernier, Marie-Cécile Tardieu, la directrice générale de Business France Invest, présentait le projet devant plusieurs représentants émiratis. La surface des différents bâtiments qui composent le couvent est de 4.771 mètres carrés. On peut y ajouter un potentiel constructible à la place de l’ancienne chapelle. Coût estimé du bien ? 50 millions d’euros.

Actuellement, l’édifice abrite le Service technique des bâtiments, fortifications et travaux, faisant partie intégrante du ministère des Armées. La ville de Versailles a assuré qu’elle étudierait toutes les propositions d’investissement qui se présenteraient à elle. Mais du côté de Business France Invest, on mise énormément sur le Golfe, lieu de prédilection pour trouver des investisseurs actuellement…




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Juin 2022 - 11:01 Sécurité communale et intercommunale