Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Syrie : la France suspend ses ventes d’armes à la Turquie




Publié par le 14 Octobre 2019

Pour éviter un incident diplomatique, et pour exprimer son mécontentement quant à l’assaut de l’armée turque en Syrie, contre les Kurdes, Paris a suspendu ses ventes d’armes à Ankara.



La France ne livre plus d'armes à la Turquie

La Turquie de plus en plus isolée sur la scène internationale. Après l’Allemagne, et les Pays-Bas, c’est la France qui a décidé de suspendre ses ventes d’armes au régime turc. Plus précisément, Paris a annoncé qu’elle avait stoppé ses ventes de matériel de guerre pouvant être utilisé par la Turquie dans son offensive contre les kurdes de Syrie. Une offensive dénoncée majoritairement sur la scène internationale.

Et les choses pourraient aller encore plus loin. Dans le communiqué annonçant la suspension de ces ventes d’armes, le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Armées ont également annoncé que "le conseil des Affaires étrangères de l’UE qui se réunira le 14 octobre à Luxembourg sera l’occasion de coordonner une approche européenne en ce sens". En résumé, si l’Union européenne s’y met, la Turquie pourrait se retrouver sans aucune nouvelle issue du Vieux Continent.

Plus de 130.000 déplacés et de nombreuses victimes

Il s’agit d’une réponse ferme adressée à Ankara, qui a déclenché mercredi 9 octobre dernier une offensive d’envergure dans le Nord de la Syrie, contre une milice kurde, profitant du retrait, critiqué, des forces militaires américaines déployées dans le secteur, situé non loin de la frontière turque. Un retrait qui devrait se poursuivre, alors que le régime syrien vient de négocier un accord avec les forces kurdes pour un redéploiement de soldats à la frontière avec la Turquie.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, 104 combattants kurdes et plus de 60 civils ont été tués dans les combats et les bombardements initiés par l’armée turque. Par ailleurs, l’Organisation des Nations-Unies a fait état de plus de 130.000 personnes déplacées. Un assaut qui aurait par ailleurs permis à des prisonniers de Daech de s’évader, faisant craindre le risque de nouvelles exactions de l’organisation État islamiste en Syrie.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Octobre 2019 - 16:50 Brève histoire du Tropicalismo brésilien