Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Pillage des sites archéologiques et trafic des biens culturels : Un mode de financement du terrorisme




Publié par Mohammed Djafour le 7 Décembre 2020

Les biens culturels sont le miroir des peuples, leur permettant d’observer leur histoire, de conserver leur culture, leur identité et de connaitre leur origine. Le Conseil de l’Europe l’a souligné dans son rapport explicatif de la Convention sur les infractions visant les biens culturels qu’il a adopté le 31 mars 2017 :« toutes les sociétés humaines entreprenaient des activités créatives et artistiques originales destinées à être partagées et appréciées par leur communauté et au-delà » .

Néanmoins, ces biens culturels, communs aux peuples concernés et à l’humanité, sont susceptibles de disparaitre par destruction, pillage ou trafic. Ce risque de disparition peut intervenir en temps de paix, mais il est particulièrement marqué en temps de guerre ou de conflits armés .






Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Point de vue

Mexique, la Révolution contre la Révolution

Deux défaites : le Viet Nam et l’Afghanistan

De génération mutilée à génération engagée, n’y a-t-il qu’un pas ?

Quelles conditions pour une coopération transatlantique rénovée et fructueuse ?