Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Airbus espère vendre des A400M à l'Inde




Publié par Jean-Baptiste Le Roux le 24 Juillet 2023

La refonte de la flotte aérienne indienne pourrait bien prendre une tournure franco-européenne. Avec l'âge avancé des avions Antonov AN-12 et Iliouchine Il-76, la recherche d'une relève moderne est engagée par l'Indian Air Force. Airbus tente de saisir l'opportunité avec son A400M "Atlas"



Une compétition internationale qui fait rage

Airbus A400M Wikipedia
Airbus A400M Wikipedia
Airbus n'est pas seul dans la course. Lockheed-Martin, le géant américain, et Embraer, la compagnie aéronautique brésilienne, ont également fait connaître leur intérêt. Malgré cette concurrence, Airbus, fort de son A400M capable de transporter jusqu'à 37 tonnes de fret et doté d'une autonomie supérieure, se présente comme un concurrent de taille.

Jean-Brice Dumont, responsable des systèmes aériens militaires chez Airbus, a mis en avant ces atouts lors d'un entretien avec des journalistes indiens. Le nombre exact d'avions recherché par l'Indian Air Force n'a pas été spécifié, la demande se concentrant sur des "coûts approximatifs" pour des lots de 40, 60 et 80 appareils.

Le facteur "Make in India"

Un facteur déterminant dans l'obtention du contrat pourrait être le programme "Make in India". Airbus n'est pas étranger à cette initiative, ayant précédemment noué un partenariat avec Tata Advanced Systems pour assembler 40 appareils C-295MW commandés par l'Indian Air Force en 2021. Venkat Katkuri, responsable de la filiale indienne d'Airbus Defence & Space, a affirmé que la société était ouverte à renouveler ce type de partenariat si l'opération est viable. Une telle collaboration pourrait non seulement renforcer les chances d'Airbus d'obtenir le contrat, mais aussi contribuer au développement de l'industrie aéronautique locale.

Pour Airbus, décrocher ce contrat est crucial. Avec des pays tels que la France et l'Espagne qui envisagent de réduire leurs commandes d'A400M, un nouveau contrat à l'exportation pourrait aider à maintenir les chaînes d'assemblage de l'A400M en activité. Roberto Martinez, un responsable d'Airbus, a souligné que l'A400M avait la capacité de livrer du matériel directement là où il est le plus nécessaire, y compris sur des pistes d'atterrissage courtes où les IL-76 et C-17 ne peuvent pas atterrir. Ce point est particulièrement pertinent compte tenu des tensions actuelles en région du Ladakh, où une capacité de transport rapide pourrait être indispensable.



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2024 - 11:20 L'avenir du Tigre : un hélicoptère robotisé ?