Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

« Poutine d’Arabie », les véritables objectifs et les raisons du succès de la politique russe au Moyen-Orient.




Publié par Roland Lombardi le 16 Avril 2020

A l’occasion de la sortie de son nouveau livre Poutine d’Arabie, Pourquoi et comment la Russie est devenue incontournable en Méditerranée et au Moyen-Orient (VA Editions), Roland Lombardi revient dans cet extrait sur les véritables objectifs et les raisons du succès de la politique russe au Moyen-Orient...



Il faut bien comprendre que ce que nous appelons benoîtement « l’Orient compliqué », n’est pour les Russes, que leur terrain de jeu voire leur terrain de chasse favori depuis des siècles.

Puissance eurasienne, mais se considérant comme la troisième Rome, héritière de Byzance et de l’Empire romain d’Orient, la Russie a toujours porté une attention particulière pour cette région. Depuis Pierre le Grand et son désir d’accéder aux mers chaudes, jusqu’à nos jours, en passant par le « Grand Jeu » du XIXe siècle, les fameux accords Sykes-Picot-Sazonov (avec l’aval de l’Empire russe) de 1916 et la période soviétique, les agents et les espions russes ont toujours sillonné et « travaillé » les territoires du Levant.

Pour exemple, rappelons qu’en 1830, des observateurs russes étaient aussi envoyés en Algérie afin d’étudier (et comparer avec leurs propres conquêtes de terres musulmanes du sud et de l’est de la Russie) la conquête française du territoire !

Les Russes en Syrie

Les divers observateurs ont évoqué, pour expliquer l’intervention russe en Syrie, des objectifs stratégiques comme leur port de Tartous en Syrie. Certes, ces considérations géopolitqiues furent bien réelles mais à mon avis, et pour répondre rapidement, je suis convaincu que les Russes ont soutenu Assad car ils ne voulaient pas des Frères musulmans au pouvoir à Damas ou un Etat islamique à ses portes, qui aurait pu très bien donner des idées et servir de modèle à certains groupe au Caucase et dans les anciennes républiques musulmanes d’Asie centrale. Si nous regardons une carte, à vol d’oiseau, le nord de la Syrie n’est qu’entre 600-800 km du Caucase...

Pourquoi les Russes comprennent mieux cette région que les Occidentaux

Poutine est un ancien colonel du KGB. Même si durant la guerre froide il était en poste en RDA, il n’en reste pas moins qu’il a été très bien formé par son agence aux affaires du monde. Par ailleurs, contrairement aux Occidentaux, qui négligent et délaissent les disciplines comme l’histoire et la géographie, les Russes, eux (à l’instar de leur président, féru de cette discipline) ont toujours le nez plongé sur la carte de la planète.

Ce sont donc des « planétaires », avec des facilités linguistiques notables, qui apprennent le véritable ordre des choses et le monde tel qu’il est, sans idéologie ou dogme, dans les meilleurs instituts et écoles de la planète, héritières de l’excellence de l’enseignement soviétique, comme l’Institut d’études orientales (créé initialement au XVIIIe siècle !), l’Institut d’État des relations internationales de Moscou ou encore l’Académie militaire des forces armées de la Fédération de Russie (l’ancienne académie Frounzé).

Il n’y a pas d’ENA en Russie et donc de fabrique de technocrates hors-sol. Et c’est donc dans les plus brillants centres de recherches et de réflexions du monde, qu’est formée toute l’élite des dirigeants russes (comme Sergueï Lavrov, Mikhaïl Bogdanov, vice-ministre des Affaires étrangères et représentant spécial du président Poutine pour le Proche-Orient, et bien sûr l’ancien grand orientaliste, Evgueni Primakov (conseiller de Poutine jusqu’à sa mort en 2015) ainsi que le disciple de ce dernier, le grand universitaire Vitali Naumkin, l’actuel directeur de l’Institut d’études orientales et aujourd’hui, très impliqué dans les négociations entre la Russie et toutes les parties du conflit syrien). La prospective y est également, et toujours, à l’honneur.

Ainsi, les experts russes échafaudent scénarios sur scénarios avec beaucoup de prévoyance et imaginent toutes les éventualités et les stratégies possibles.
À la différence des Occidentaux, qui se précipitent souvent sur l’évènement ponctuel, les responsables russes, en joueurs d’échecs (jeu national en Russie) qu’ils sont, restent toujours prudents et analysent patiemment la situation, comme d’ailleurs le prouvent les dernières positions du Kremlin sur la situation algérienne...

Ils savent très bien que bouger une pièce trop hâtivement sur le Grand échiquier international ou moyen-oriental, peut alors avoir des conséquences catastrophiques à l’autre bout du plateau. C’est pourquoi ils n’agissent et ne prennent jamais de risques qu’avec un plan et une stratégie mûrement réfléchis. Mais une fois qu’ils « jouent », comme en Syrie, cela va très vite et très fort et la plupart du temps, avec plusieurs coups d’avance !
Enfin, les succès diplomatiques du Kremlin sont donc d’abord imputables à un processus de décision qui s’appuie sur les analyses de ces orientalistes russes que nous avons évoqués et qui sont bien meilleurs connaisseurs du Levant que les « spécialistes » dont s’entourent malheureusement les dirigeants français...

Raisons du succès et limites de la politique russe au Moyen-Orient

Depuis 2011 et l’intervention libyenne où ils se sont sentis floués, les Russes ont pratiquement fait un sans-faute ! En relations internationales, c’est assez rare ! En effet, jusqu’ici, en toute objectivité, force est de reconnaître qu’ils ont fait montre d’une incontestable virtuosité dans leur partition. Or, même les plus grands musiciens ne sont jamais à l’abri d’une fausse note et la route vers une pax russica dans la région peut-être encore semée de nombreuses embûches... D’ailleurs, la logique mathématique voudrait qu’après cette longue période sans erreurs, un premier faux-pas est obligatoirement inévitable.

En attendant, la Russie a réussi à reprendre pied dans une région dont elle avait été écartée. Elle est même devenue incontournable et le véritable « juge de paix » vers qui tous les acteurs importants de la région se tournent à présent comme les Iraniens, les Turques, les Egyptiens, les Israéliens et même les Saoudiens...

Les Européens, eux, sont hors-jeu et il y aura sûrement une sorte de « Yalta régional » avec l’Amérique de Trump qui souhaite par ailleurs se désengager progressivement de la zone. Si la pandémie du Covid-19 ne vient pas tout chambouler...

Le problème, et de taille, pour Moscou, c’est la reconstruction de la Syrie et le développement économique de cette région en général (dont les Russes sont peut-être les seuls à vouloir la stabilité). Or, même si ce pays dispose d’atouts non négligeables comme sa superficie et ses innombrables et extraordinaires ressources naturelles encore inexploitées en Sibérie, la Russie n’est pas encore en mesure, à elle seule, de subvenir à toutes les demandes et les besoins financiers de la région (Elle est 12e dans le classement des pays selon leur PIB, derrière l’Italie...).

En définitive, si la Fédération possède près de 2 500 km de frontières avec l’islam, c’est aussi, comme je l’ai dit plus haut, l’évolution identitaire même des musulmans de Russie qui préoccupe le Kremlin. Eviter la fragmentation sociale et préserver la paix de l’une des plus anciennes sociétés multiculturelles de la planète seront le principal défi de Moscou dans les décennies à venir.

Quoi qu’il en soit, grâce à sa politique de puissance décomplexée au Moyen-Orient, imperméable aux rivalités internes de la région, Poutine parle à tout le monde et son message est clair : « Gérez vos pays comme bon vous semble, mais nous ne voulons pas d’islamistes, “modérés” ou pas, au pouvoir ; en échange et en cas de besoin, vous pourrez toujours compter sur notre fidélité et notre soutien ! »

Ceci n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, et tous les nouveaux (et futurs) autocrates arabes (le Président Sissi, le maréchal Haftar en Libye, les militaires algériens et même le prince Mohamed Ben Salman [MBS] à Riyad…), mais également la grande majorité des opinions arabes, ont tous à présent des yeux de Chimène pour le « Tsar » Poutine, ce dernier ayant démontré avec Assad, qu’il était un allié fiable, solide et sérieux...
 
Extrait de « Poutine d’Arabie » (VA Editions) de Roland Lombardi



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.