Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Le "syndrome de La Havane" frappe encore




Publié par Paul Malo le 26 Août 2021

Un "incident de santé anormal" est venu perturber l'actuelle tournée de la vice-présidente des États-Unis en Asie.



Un mal mystérieux apparu à Cuba

Un mal étrange apparu à La Havane (Crédit : Pixabay)
Un mal étrange apparu à La Havane (Crédit : Pixabay)
C’est un retard qui a soulevé bien des supputations : l’arrivée au Vietnam de Kamala Harris a dû être retardée de plusieurs heures du fait d’inquiétudes quant à ce que l'ambassade des États-Unis au Vietnam a qualifié de "potentiel incident de santé anormal". “Après une vérification minutieuse, il a été décidé que la vice-présidente continuerait sa tournée”, a précisé l’ambassade dans un communiqué.

C’est au sein de capitale vietnamienne, Hanoï, que les faits se sont déroulés. Or cette expression est d’ordinaire utilisée par les services de sécurité américains pour décrire une mystérieuse maladie,  le “syndrome de La Havane”. En effet, cet ensemble de troubles associant maux de tête, vertiges, nausée et pertes de mémoire a pour la première fois été constaté en 2016 et 2017 chez des diplomate américains et canadiens en poste à La Havane, à Cuba.

La Russie dément toute responsabilité

Au total, ce sont des centaines de diplomates, dont des membres de la CIA, qui ont développé les mêmes symptômes au fil du temps, non seulement à Cuba, mais aussi en Chine, en Russie, en Allemagne et en Autriche. Et donc, désormais au Vietnam. Si la Russie dément toute responsabilité en la matière, les services américains soupçonnent l’utilisation d’une sorte d’arme à micro-ondes.

Au moins un des membres de la délégation de Kamala Harris a dû être évacué, et cet incident ne serait en fait pas le premier de ce genre au Vietnam. Ce syndrome digne d’un livre d’espionnage de John Le Carré. Suite à cette annonce, l’attachée de presse de la Maison Blanche a rappelé que Washington prend "tout incident signalé du syndrome de La Havane sérieusement", et qu’ "une évaluation de la sécurité de la vice-présidente" a été effectuée, à la suite de laquelle; il a été décidé qu’elle pouvait continuer à voyager avec son personnel.


 




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Septembre 2021 - 10:08 Eric Denécé : "La nouvelle guerre secrète"