Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Frappes au Mali : l’armée française conteste le rapport de l’ONU




Publié par le 1 Avril 2021

Un rapport de l’ONU a conclu qu’une frappe aérienne de l’armée française au Mali avait causé la mort de 19 civils réunis pour un mariage, en janvier dernier. Le CEMA conteste l’enquête.



22 morts, dont 19 civils selon l'ONU

Wikipedia
Wikipedia
C’est un rapport qui passe mal. Une enquête des Nations-Unies a tiré la conclusion qu’une frappe aérienne de l’armée française avait causé la mort, non seulement de jihadistes, mais de 19 civils réunis à Bounti, au Mali, pour un mariage, en janvier dernier. Depuis cette date, de nombreux témoignages, non vérifiés, fleurissaient sur les réseaux sociaux, mettant en cause l’armée française.

D’après la Minusma, la Mission de l’Onu au Mali, la frappe des forces aériennes françaises, lancée le 3 janvier dernier, sur le village de Bounti, dans le centre du pays, aurait causé la mort de 22 personnes, dont 19 civils. Des conclusions contestées par le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, qui s’apprête à envoyer à l’ONU les contestations de la Défense à ce rapport.

Une méthodologie contestée par le CEMA

Dans une interview accordée à franceinfo, le CEMA s'oppose donc aux conclusions du rapport. Une position claire depuis le départ. Depuis que l’affaire a éclaté, l’armée française ne cesse de nier une bavure, arguant qu’il s’agissait bel et bien d’une opération anti-jihadiste. De son côté, l’ONU a conclu qu’un mariage était bien célébré à Bounti ce jour-là, et que les civils auraient été pris pour cible au cours du raid aérien. Deux versions des faits radicalement opposées.

Le général François Lecointre conteste notamment la méthodologie de l’enquête réalisée par l’ONU. « Il y a un certain nombre de témoignages qui sont la base des conclusions de ce rapport, qui en réalité ne sont pas retranscrits. On ne connaît pas l’identité des témoins. Il n’y a aucune exhumation de corps, aucun travail de police scientifique », lance-t-il notamment. Une chose est sûre. Cette attaque a ravivé un sentiment anti-français très fort. Puisqu’au Mali, la guerre se joue aussi dans l’opinion publique.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Point de vue

Mexique, la Révolution contre la Révolution

Deux défaites : le Viet Nam et l’Afghanistan

De génération mutilée à génération engagée, n’y a-t-il qu’un pas ?

Quelles conditions pour une coopération transatlantique rénovée et fructueuse ?