Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Barkhane : quatre soldats français blessés au Burkina Faso




Publié par le 20 Janvier 2022

Quatre soldats de l’armée française ont été blessés lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé sur leur véhicule, dans le nord du Burkina-Faso.



L'explosion d'un IED au Burkina Faso

Barkhane - Wikipedia
Barkhane - Wikipedia
Mardi 18 janvier dernier, l’état-major français a indiqué à l’AFP que quatre soldats avaient été blessés au Burkina Faso, dont un grièvement. Les quatre soldats circulaient dans le nord du pays, dans leur véhicule, quand celui-ci est entré en contact avec un engin explosif improvisé (IED), qui a explosé. Il s’agissait d’une unité de l’opération Barkhane en mission de reconnaissance, à la sortie de l’aéroport de Ouahigouya.

L’état-major français a précisé que les quatre soldats avaient immédiatement été évacués vers Gao, au Mali, pour recevoir les premiers soins. Sans donner davantage de précision sur leur état de santé, ni leur unité d’appartenance, l’état-major a expliqué que les soldats dont l’état de santé le nécessiterait, seraient évacués vers la France, pour recevoir des soins plus appropriés.

2.000 morts en six ans

Les forces françaises n’ont pour l’instant aucune certitude sur l’origine de l’engin. Il faut dire que cette zone est considérée comme une zone de transit pour les différents groupes jihadistes qui opèrent dans le coin. Cette zone est d’habitude le secteur de prédilection du GSIM, une nébuleuse jihadiste inféodée à Al-Qaïda, mais le Sahel doit également compter sur l’EIGS, liée au groupe État islamique.

Cette nouvelle intervient dans un contexte de réorganisation de la présence militaire française au Sahel, avec en toile de fonds les polémiques liées à l’utilisation par le Mali du groupe de mercenaires russes Wagner. Pour ce qui est du Burkina Faso, le pays est au cœur, depuis 2015, d’un tourbillon de violences liées aux groupes armés jihadistes, avec plus de 2.000 morts en six ans.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Juin 2022 - 11:01 Sécurité communale et intercommunale