Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Accord intergouvernemental Belgique-France : un rapprochement jusqu’à quel point ?




Publié par Henri Poisot le 27 Février 2019

Les deux pays, pionniers de la construction européenne récidivent avec la signature d’un accord intergouvernemental de défense encore jamais vu en Europe.
Cet Accord intergouvernemental cadre (AIG) a été signé le 7 novembre 2018 par Florence Parly et son ex-homologue Steven Vandeput. Il entérine le programme « CaMo » pour Capacités Motorisées. Si le projet suit son cours il sera le premier de son genre. Il concerne à la fois la fourniture de matériels à la Belgique, mais aussi une convergence doctrinaire, d’entraînement et de soutien.



Accord intergouvernemental Belgique-France : un rapprochement jusqu’à quel point ?
Les matériels

Le CaMo comprends l’achat pour la Composante Terrestre de l’armée Belge de 382 véhicules blindées multi-rôles « Griffon » et 60 engins blindés de reconnaissances et de combats « Jaguar ». Le coût de ce programme est de 1,6 milliard d’euros.
Les Griffons et Jaguars font partie du programme français Scorpion qui vise à un renouveau de l’Armée de Terre dans le sens d’un combat info-centré. La production des Griffons a commencé chez Nexter à Roanne et 4 de ces nouveaux véhicules prendront part au défilé du 14 Juillet.

La Composante Terrestre a été le parent pauvre de l’armée belge depuis les années 2000. Revente de ses chars et non complétion des contrats d’achat de véhicules blindés et de combats. Le général-major Marc Thys, commandant de la force terrestre belge explique : « Actuellement il me manque des véhicules pour équiper toutes mes unités. Par exemple en Dingo, (ndlr : un véhicule blindé de transport), je ne possède que 62 % de la flotte nécessaire. Avec un taux d’opérationnalité de 80%, seulement la moitié de la flotte nécessaire est présente en unité. Ce manque de véhicules implique un emploi très intensif, avec comme corollaire une usure accélérée. »(1) Le projet CaMo vise la restauration des capacités terrestres belges. Ce renouveau n’est pas que matériel, le 22 novembre 2018 l’armée belge a créé une « Brigade motorisée » qui suit l’organisation française. Cette brigade comporte aussi bien les unités de combats que de logistiques et de soutien interarmé, c’est une évolution vers une plus grande flexibilité d’emploi.
Les premiers véhicules livrés à la Belgique le seront en 2025 et la Composante terrestre sera complètement équipée en 2030.
Chose inédite dans ce contrat la Belgique délègue son pouvoir de passer commande auprès des industriels au profit de la France. Un concept qui rappel un peu les « foreign military sale » américaines. L’État français sera rémunéré par la Belgique à la hauteur de 40 millions d’euros HT en tant que gestionnaire du projet et percevra 3 % sur tous contrats belges additionnels.

Pour la partie industrielle le projet est un ensemble des meilleures capacités technologiques françaises. Le maître d’œuvre est Nexter qui fabrique les caisses des véhicules et procède à l’assemblage. La partie motricité est fournie par Arquus (anciennement Renault Truck Défense) et l’électronique vient principalement de chez Thales. Une contrepartie industrielle sur le territoire belge est programmée, mais aucune précision n’a encore été rendue publique.
 
Les évolutions conceptuelles

Le volet matériel de CaMo est important, mais il représente bien plus. Le rapprochement franco-belge se fera aussi à des niveaux jamais vus sur le continent, pour la doctrine, la recherche et la maintenance.
Pour la doctrine, le commandant Thys annonce, « Concrètement, 3 officiers de la Composante Terre sont déployés déjà aujourd’hui dans l’organisation française. Non pas en tant qu’officiers de liaison, mais en tant que membres à part entière de l’équipe de projet binationale. […] Les lignes de communication entre les différents centres de formation français et belges sont déjà ouvertes. »(2) L’armée belge déploie ses hommes au sein du Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) et du Commandement de l’entraînement et des écoles du combat interarmes (COME2CIA) français. D’autres sont aussi présents dans le laboratoire de combat Scorpion (LCS) et la force d’expertise du combat Scorpion (FECS). Cette présence va permettre de tenir compte des particularités belges en les faisant participer au développement de la nouvelle doctrine d’emploi des matériels. Ce fait est critique pour la Composante terrestre belge qui va subir une profonde mutation.

Pour la recherche, la Direction générale des ressources matérielles (DGRM) belge et la Direction générale de l’armement (DGA) française, vont collaborer à un niveau inédit en créant un bureau commun qui va suivre le programme d’acquisition. Le ministère des Armées précise, "La collaboration entre les deux directions permettra le développement de synergies, dans les domaines de l'expertise et des essais, et une concertation étroite en matière de besoins futurs. ».

Pour la maintenance, les Écoles du matériel de Bourges en France et le Centre de compétence de la formation appui (CC Sp) de Tournai en Belgique vont se rapprocher pour une meilleure coopération, car ils travailleront sur les mêmes véhicules.
Il est aussi évident que toutes ces coopérations vont permettre un entraînement commun plus poussé, qui commencera au cours de cette année et pour finir une interopérabilité accrue.

La Belgique est au début du renouvellement de sa force armée. Elle prévoit de remplacer ses systèmes d’artilleries vers 2027. Ce pourrait être une nouvelle cible pour le CAESAR français qui a déjà fait mouche dans plusieurs pays. Un choix belge du CAESAR renforcerait le lien qui va unir les deux forces à travers un matériel commun.
 
Le choix du F-35 aux dépens du Rafale a pu paraître comme une trahison de l’Europe de la défense par la Belgique, mais cet accord intergouvernemental représente quelque chose de beaucoup plus important et riche de conséquences futures. S’il arrive à son terme il va permettre un grand pas en avant pour la défense européenne en créant un précèdent jusqu’alors impensable.
 
(1),(2) vous pouvez retrouver l’interview du général-major Thys ici ainsi que l’actualité des forces armées belges sur le site A l’Avant-Garde dirigé par Marie-Madeleine Courtial.Accord intergouvernemental Belgique-France : un rapprochement jusqu’à quel point ?
 
Les deux pays, pionniers de la construction européenne récidivent avec la signature d’un accord inter-gouvernemental de défense encore jamais vu en Europe.
Cet Accord intergouvernemental cadre (AIG) a été signé le 7 novembre 2018 par Florence Parly et son ex-homologue Steven Vandeput. Il entérine le programme « CaMo » pour Capacités Motorisées Si le projet suit son cours il sera le premier de son genre. Il concerne à la fois la fourniture de matériels à la Belgique mais aussi une convergence doctrinaire, d’entrainement et de soutien.
 
Les matériels

Le CaMo comprends l’achat pour la Composante Terrestre de l’armée Belge de 382 véhicules blindées multi-rôles « Griffon » et 60 engins blindés de reconnaissances et de combats « Jaguar ». Le coût de ce programme est de 1,6 milliard d’euros.
Les Griffons et Jaguars font partie du programme français Scorpion qui vise à un renouveau de l’Armée de Terre dans le sens d’un combat info-centré. La production des Griffons a commencé chez Nexter à Roanne et 4 de ces nouveaux véhicules prendront part au défilé du 14 Juillet.

La Composante Terrestre a été le parent pauvre de l’armée belge depuis les années 2000. Revente de ses chars et non complétion des contrats d’achat de véhicules blindés et de combats. Le général-major Marc Thys, commandant de la force terrestre belge explique : « Actuellement il me manque des véhicules pour équiper toutes mes unités. Par exemple en Dingo, (ndlr : un véhicule blindé de transport), je ne possède que 62 % de la flotte nécessaire. Avec un taux d’opérationnalité de 80%, seulement la moitié de la flotte nécessaire est présente en unité. Ce manque de véhicules implique un emploi très intensif, avec comme corollaire une usure accélérée. »(1) Le projet CaMo vise la restauration des capacités terrestres belges. Ce renouveau n’est pas que matériel, le 22 novembre 2018 l’armée belge a créé une « Brigade motorisée » qui suit l’organisation française. Cette brigade comporte aussi bien les unités de combats que de logistiques et de soutien interarmé, c’est une évolution vers une plus grande flexibilité d’emploi.
Les premiers véhicules livrés à la Belgique le seront en 2025 et la Composante terrestre sera complètement équipée en 2030.
Chose inédite dans ce contrat la Belgique délègue son pouvoir de passer commande auprès des industriels au profit de la France. Un concept qui rappel un peu les « foreign military sale » américaines. L’État français sera rémunéré par la Belgique à la hauteur de 40 millions d’euros HT en tant que gestionnaire du projet et percevra 3 % sur tous contrats belges additionnels.
Pour la partie industrielle le projet est un ensemble des meilleures capacités technologiques françaises. Le maître d’œuvre est Nexter qui fabrique les caisses des véhicules et procède à l’assemblage. La partie motricité est fournie par Arquus (anciennement Renault Truck Défense) et l’électronique vient principalement de chez Thales. Une contrepartie industrielle sur le territoire belge est programmée, mais aucune précision n’a encore été rendue publique.
 
Les évolutions conceptuelles

Le volet matériel de CaMo est important, mais il représente bien plus. Le rapprochement franco-belge se fera aussi à des niveaux jamais vus sur le continent, pour la doctrine, la recherche et la maintenance.
Pour la doctrine, le commandant Thys annonce, « Concrètement, 3 officiers de la Composante Terre sont déployés déjà aujourd’hui dans l’organisation française. Non pas en tant qu’officiers de liaison, mais en tant que membres à part entière de l’équipe de projet binationale. […] Les lignes de communication entre les différents centres de formation français et belges sont déjà ouvertes. »(2) L’armée belge déploie ses hommes au sein du Centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) et du Commandement de l’entraînement et des écoles du combat interarmes (COME2CIA) français. D’autres sont aussi présents dans le laboratoire de combat Scorpion (LCS) et la force d’expertise du combat Scorpion (FECS). Cette présence va permettre de tenir compte des particularités belges en les faisant participer au développement de la nouvelle doctrine d’emploi des matériels. Ce fait est critique pour la Composante terrestre belge qui va subir une profonde mutation.
Pour la recherche, la Direction générale des ressources matérielles (DGRM) belge et la Direction générale de l’armement (DGA) française, vont collaborer à un niveau inédit en créant un bureau commun qui va suivre le programme d’acquisition. Le ministère des Armées précise, "La collaboration entre les deux directions permettra le développement de synergies, dans les domaines de l'expertise et des essais, et une concertation étroite en matière de besoins futurs. ».
Pour la maintenance, les Écoles du matériel de Bourges en France et le Centre de compétence de la formation appui (CC Sp) de Tournai en Belgique vont se rapprocher pour une meilleure coopération, car ils travailleront sur les mêmes véhicules.
Il est aussi évident que toutes ces coopérations vont permettre un entraînement commun plus poussé, qui commencera au cours de cette année et pour finir une interopérabilité accrue.
La Belgique est au début du renouvellement de sa force armée. Elle prévoit de remplacer ses systèmes d’artilleries vers 2027. Ce pourrait être une nouvelle cible pour le CAESAR français qui a déjà fait mouche dans plusieurs pays. Un choix belge du CAESAR renforcerait le lien qui va unir les deux forces à travers un matériel commun.
 
Le choix du F-35 aux dépens du Rafale a pu paraître comme une trahison de l’Europe de la défense par la Belgique, mais cet accord intergouvernemental représente quelque chose de beaucoup plus important et riche de conséquences futures. S’il arrive à son terme il va permettre un grand pas en avant pour la défense européenne en créant un précèdent jusqu’alors impensable.
 
(1), (2) vous pouvez retrouver l’interview du général-major Thys ici ainsi que l’actualité des forces armées belges sur le site A l’Avant-Garde dirigé par Marie-Madeleine Courtial.



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.