Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Un soldat français meurt au Mali dans un accident




Publié par le 14 Octobre 2021

Le maréchal des logis Adrien Quélin est décédé mardi 12 octobre au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane. Un décès annoncé par le ministère des Armées comme accidentel.



La mort du maréchal des logis Adrien Quélin

Etat Major des Armées
Etat Major des Armées
La ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé le décès mardi 12 octobre dernier du maréchal des logis Adrien Quélin, au Mali. Présent dans le pays dans le cadre de l’opération Barkhane, ce soldat âgé de 29 ans participait à une opération de maintenance sur le moteur d’un camion de l’Armée de Terre. C’est ce qu’a indiqué l’État-Major des Armées dans un communiqué.

D’après les informations communiquées par la Défense, la cabine du camion sur lequel travaillait le maréchal des logis Adrien Quélin a basculé alors qu’il opérait sur le moteur du véhicule. Il s’est retrouvé écrasé. Le soldat appartenant au 4ème régiment de chasseurs de Gap n’a pas pu être réanimé. Il a succombé très rapidement à ses blessures.

57 morts au Mali et au Sahel

« Je salue son engagement et m’incline devant sa mémoire. Mes pensées vont à sa famille, ses proches et frères d’armes », a déclaré la ministre des Armées sur Twitter. Le maréchal des logis Adrien Quélin était âgé de 29 ans. Il était célibataire et sans enfant. Une enquête a été ouverte par la Défense afin de faire toute la lumière sur l’accident qui lui a coûté la vie.

Le décès du maréchal des logis Adrien Quélin porte à 57 le nombre de militaires français ayant perdu la vie au Mali et au Sahel depuis le début des opérations dans cette zone. Il s’agit du cinquième soldat engagé au quatrième régiment de chasseurs de Gap à perdre la vie dans le cadre de l’opération Barkhane.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.