Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Les défis technologiques, environnementaux et industriels de la voiture électrique



Publié par Laurence Michel le 5 Octobre 2018

Le décollage des voitures électriques, qui semble se confirmer en 2018, laisse en suspens des questions technologiques, environnementales et industrielles.



Alors que le Mondial de l’auto se déroule à Paris, une enquête révèle ce que les jeunes de la génération Z attendent de la voiture du futur. En attendant la voiture autonome qu’ils voient comme la rupture technologique à venir, ils misent sur une généralisation des véhicules propres, à hydrogène ou électriques, dont ils espèrent que leur prix baissera dans les prochaines années et que leur autonomie sera plus grande (1).

Autonomie des batteries en progression

Dans ce domaine, l’autonomie, l’évolution est rapide pour les véhicules électriques. En 2017, Tesla était encore largement en avance avec son modèle X — 381 à 475 kilomètres, selon la batterie choisie — et son modèle S — 416 à 539 kilomètres (2). Mais l’écart se réduit en 2018 : pour les Leaf (Nissan), Zoe (Renault) ou i3 (BMW), l’autonomie va désormais de 300 km à 400 km, ce qui est déjà une amélioration importante pour ces trois marques qui font figure de pionniers de l’électrique depuis le début des années 2010. Du coup, le regard sur la voiture électrique s’en trouve changé.

Les marques mondiales en ordre de bataille

Carlos Ghosn, patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi — qui espère vendre environ 11 millions de véhicules électriques en 2018 — fait pour l’instant la course en tête, malgré les assauts de la concurrence, notamment chinoise (3).
Pour combien de temps ? Grâce à son monopole de certaines matières premières, Pékin pourrait en vite devenir la capitale mondiale de l’automobile (4).
Carlos Ghosn assure néanmoins que « fin 2022, 50 % de l’offre de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi (y compris celle de Renault) sera électrifiée. Et plus de 10 % de nos ventes seront faites en pur électrique dans quatre ans, avec sept ou huit produits mondiaux à gros volumes ». Il ajoute :
« Notre offensive portera d’abord sur l’électrique pur, c’est pour nous la technologie ultime » (5).

Les concurrents européens ne sont pas en reste. Le groupe Volkswagen a promis une enveloppe de 20 milliards d’euros pour équiper ses marques de pas moins de 80 modèles 100 % électriques d’ici à 2025. Mercedes a lancé un label dédié à l’électrique et près de dix modèles sous la marque EQ seront ainsi déployés par la marque premium allemande d’ici à 2022. BMW a décidé que l’i3 ne suffirait pas à répondre à la demande et le groupe munichois a donc annoncé une stratégie "produit" plus étoffée avec douze modèles entièrement électriques d’ici à 2025, avec des autonomies d’environ 700 km. Car les marques premium doivent courir derrière Tesla (500 km d’autonomie et du 0 à 100 km/h en moins de 3,5 secondes). PSA, le groupe automobile français généraliste, privilégie la technologie hybride (80 % de la gamme sera électrifiée à horizon 2022), mais il y aura bien des voitures 100 % électriques dans la gamme, dès cette année pour la marque DS.

Lithium-ion contre "pile à combustible" ?

Cependant, une autre technologie pourrait rendre obsolètes les véhicules électriques actuels : la "pile à combustible". Ce type de pile, promue notamment par Toyota et sa Miraï, semble particulièrement écologique. Le véhicule électrique à pile à combustible produisant l’énergie électrique nécessaire à son moteur au fur et à mesure de son utilisation, une simple batterie "tampon" de taille très réduite est nécessaire. Son réservoir d’hydrogène liquide permet une autonomie d’environ 650 kilomètres en ne rejetant que de la vapeur d’eau ! (6).
Ce qui réduirait l’impact environnemental lié aux « mobilités propres » (7) et améliorerait le mauvais bilan énergétique des batteries de voitures électriques, en raison des batteries lithium-ion composées à 80 % de nickel, à 15 % de cobalt, à 5 % d’aluminium, mais aussi de lithium, de cuivre, de manganèse, d’acier ou de graphite (8).

Toujours plus de bornes de recharge

Pour France Stratégie, l’organisme d’expertise et d’analyse prospective sur les grands sujets sociaux et économiques, placé auprès du Premier ministre, « le déploiement des bornes de recharge est une condition préalable nécessaire mais non suffisante au développement du véhicule électrique ».  Dimensionner les points de recharge lents et rapides est « un défi de taille » pour les trente prochaines années (9)

Mais le défi de la voiture électrique ne sera pas seulement relevé à coups de lois et d’investissement en infrastructures. Elle est aussi et surtout un enjeu industriel et Carlos Tavares, PDG de PSA, met en garde contre le retard pris par les Européens en la matière : « Qui aujourd’hui est en train de se soucier de traiter de la question des mobilités propres dans leur globalité ? Quelles solutions pour la fabrication et le recyclage des batteries, l’exploitation mais également l’approvisionnement en terres rares, la nature de la production d’électricité... » (10).
De bonnes questions.
 
(1) https://www.businessinsider.fr/autonome-volante-electrique-ce-que-la-generation-z-attend-de-la-voiture-de-demain#indispensable-dans-les-zones-mal-desservies
(2) https://www.auto123.com/fr/actualites/top-10-voitures-electriques-autonomie-2017/64066/?page=8
(3) https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-chine-fait-main-basse-sur-la-voiture-electrique_2013298.html
(4) https://www.monde-diplomatique.fr/2018/08/PITRON/58979
(5) https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0302334247864-voiture-electrique-guerre-commerciale-gafa-carlos-ghosn-se-confie-2209903.php#xtor=EPR-7-%5Bmatinale%5D-20181002-%5BProv_paywall1_article%5D-2847316
(6) https://www.laprovence.com/article/economie/5115678/vehicules-electriques.html
(7) http://www.lagazettedescommunes.com/578979/vehicules-electriques-quelles-technologies-pour-reduire-les-impacts-environnementaux/
(8) https://lareleveetlapeste.fr/les-terres-rares-le-nouvel-or-noir/
(9) https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/france-strategie-prepare-lessor-des-vehicules-electriques-55446/
(10) https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/voiture-electrique-peut-on-enfin-y-croire-780769.html





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Octobre 2018 - 18:30 Voitures électriques : le décollage ?