Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Le nouveau patrouilleur de la Marine nationale débute ses essais en mer




Publié par le 28 Juillet 2022

Le chantier naval Socarenam a annoncé le 26 juillet dernier que le premier patrouilleur outre-Mer de classe Félix Eboué avait débuté ses essais en mer, après une première sortie du port de Boulogne-sur-Mer.



Le premier patrouilleur outre-Mer de la Marine nationale prend la mer

Capture d'écran YouTube
Capture d'écran YouTube
L’Auguste Bénébig a pris la mer. Ce premier patrouilleur outre-Mer, de classe Félix Eboué, a quitté le port de Boulogne-sur-Mer le 26 juillet dernier, a annoncé le chantier naval Socarenam. Ce dernier avait été choisi par la Direction Générale de l’Armement (DGA) il y a trois ans, pour livrer six nouveaux patrouilleurs outre-Mer. C’est donc le premier navire de cette série qui vient de débuter ses essais en mer.
Mis à l’eau en octobre dernier au port de Saint-Malo, l’Auguste Bénébig avait ensuite rejoint le port de Boulogne-sur-Mer pour des travaux d’armement. Sa construction aura été effectuée à grande vitesse, et cela malgré les conditions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Le commandement du bâtiment a été confié au lieutenant de vaisseau Jean-François Cabaret.

Un condensé de haute technologie

C’est donc ce dernier qui aura à mener plusieurs essais et tests de qualification depuis la pointe bretonne, à Brest. Cette « petite » formalité effectuée, l’Auguste Bénébig sera ensuite officiellement livré à la Marine nationale, d’ici la fin 2022, voire le début de l’année 2023. Il devrait ensuite normalement rejoindre la Nouvelle-Calédonie.
Qualifié par Socarenam de prototype et de condensé de haute technologie, ce patrouilleur outre-Mer est une véritable première dans le genre. Le chantier naval qui en est à l’origine espère que les essais en mer permettront d’apporter des améliorations, si nécessaires, qui seront implémantées dans la foulée sur le second bâtiment de classe Félix Eboué, le Jean Tranape, dont les travaux débuteront en août prochain.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >