Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

L’impact de l’arrivée de la 5G sur l’intelligence économique




Publié par Jules Prétot & Claire Meijers le 24 Avril 2020

D’ici quelques mois, Orange inaugurera son réseau de téléphonie mobile 5G dans quatre villes françaises : Paris, Marseille, Nantes et Lille. D’ici 2025, les deux tiers de la population française seront couverts. Cette nouvelle technologie permettra un débit internet ultra rapide et performant. Elle représente ainsi un changement majeur pour l’intelligence économique.



En faisant passer le débit internet de 300 Mbits/seconde avec la 4G à 10Gbits/seconde, la 5G permet de diminuer le temps de latence. Elle préserve également l’autonomie des appareils car elle est moins énergivore. Ainsi, un film pourra être téléchargé en moins de cinq secondes. Cependant, la 5G ne répond pas seulement aux besoins technologiques actuels. Son développement est indispensable au lancement des objets connectés du futur longtemps fantasmés. La voiture connectée, par exemple, n’est toujours pas une réalité aujourd’hui car le temps de transmission des informations bien que de quelques secondes est toujours trop long. Dans un futur proche où de nombreux individus possèderont une multitude d’objets connectés et où l’utilisation de la réalité augmentée sera bien plus courante, la 5G est une nécessité. En effet, ce type de réseau favorisera le cloud computing soit l’intégration et l’interopérabilité d’objets communicants dans un environnement domotisé et une « ville intelligente ». D’un point de vue économique, le cabinet anglais IHS Markit prédit des retombées de 12 300 milliards de dollars et de 22 millions d’emplois créés. En France, les perspectives sont des plus modestes avec seulement 85 milliards de retombées et la création de 440 000 emplois.
 
En matière d’intelligence économique, la  5G devrait multiplier les services et les applications sans fil, autant de points potentiels de faiblesse en matière sécuritaire. Jusqu’à 10 000 appareils pourront être connectés au kilomètre carré et se parler entre eux. Ces dialogues représentent ainsi des sources d’informations que peuvent exploiter les entreprises dans une veille stratégique par exemple. Par ailleurs, la rapidité des appareils permettra un relai de l’homme au robot pour le traitement des informations.
 
Néanmoins, cette transformation technologique oblige un renforcement des systèmes de protection. Plus particulièrement au niveau des ordinateurs et robots. En effet, les réseaux 5G étant de plus en plus fondés sur des logiciels, les risques liés à des failles de sécurité majeures, telles que celles découlant de la médiocrité des processus de développement des logiciels au sein des fournisseurs est amené à croître. La 5G ne surmontera pas le déficit de sécurité existant chez certains appareils et technologies. Au contraire, la vitesse et la flexibilité supplémentaire de la technologie pourraient bien exposer de nouvelles voies d’attaques ou accélérer la vitesse à laquelle elles ont lieu. Il s’agit pour la firme de réussir à développer un système de protection qui lui permettrait de garder ses données.
 
En outre, les limites de l’intelligence économique et de l’espionnage sont amenées à se confondre. L’information collectée en permanence par les appareils relèveront de données personnelles mais seront pourtant étudiées par les entreprises. Les entreprises continueront à omettre les informations concernant l’utilisation des contenus client. De même, les collusions entre le domaine du public et du privée ne seront que plus grandes. Les informations collectées par les entreprises à travers leurs produits ne pourront être indéfiniment cachées aux Etats à l’image de la relation entre Huawei et le gouvernement chinois. 
 
Cette situation nécessite donc une prise de position des Etats et plus particulièrement des parlements. Des mesures ont déjà été prises : en 2019, l’organe de l’UE a publié un rapport sur les risques associés au développement de la 5G. En février 2020 la commission Européenne s’est prononcée sur l’encadrement de la 5G au sein de l’Union et d’ici le 1er octobre 2020, les Etats-membres devront « évaluer les effets de la recommandation en vue de déterminer si des mesures supplémentaires s’imposent ». Mais ces avancées ne sont que de l’ordre du projet. Les gouvernements doivent prendre des décisions avant l’installation de la 5G pour éviter que les entreprises ne s'immiscent dans la vie des particuliers et des concurrents. 




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.