Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Brésil 1964, Souvenir d'un coup d'Etat




Publié par Lauria Zenou le 21 Mai 2021

Il y a quelques semaines, le Président Jair Bolsonaro a démis de leurs fonctions les hauts responsables de l’État-Major des Armées brésilien. Cela a conduit à une réaction vive de la part de certains secteurs de la société brésilienne dénonçant la possibilité d’un autre coup d’État après celui de 1964. Ce dernier continue de peser dans l’imaginaire national et d’entretenir des craintes à son encontre. Thomas Péan, dans son essai Guérillas en Amérique latine (1959-1989), évoque comment le coup d’État de 1964 se traduit par l’établissement d’un régime militaire répressif.



Si les guérillas en Amérique Latines vous intéressent, vous pouvez aussi écouter le podcast sur la Crise de Cuba !


La restauration de la République en 1946 n’empêche cependant pas le retour au pouvoir de Getúlio Vargas entre 1951 et 1954. Le nouveau régime tente cependant de proposer une alternative politique après l’époque de Getúlio Vargas. La Présidence de Juscelino Kubitschek et la fondation de la nouvelle capitale à Brasilia en 1960 constitue alors une période d’optimisme dans le nouveau régime brésilien. Malheureusement, la République entre en crise au début des années 1960 en raison de difficultés économiques et de l’agitation politique relative à la Révolution cubaine. Les suspicions à l’endroit d’une éventuelle proximité entre le gouvernement de João Goulart (1961-1964) et le régime castriste contribuent à la mobilisation des secteurs conservateurs, notamment militaires et catholiques.

En 1964, une junte militaire renverse le gouvernement et met en place un régime contre-révolutionnaire souhaitant réduire l’influence supposée du régime cubain au Brésil. Le gouvernement militaire souhaite garantir son existence et légitimer son action au moyen d’une nouvelle constitution promulguée en 1967. En parallèle, plusieurs secteurs de la gauche défendent l’idée d’une opposition armée au régime ce qui conduit à la formation de guérillas révolutionnaires à partir de 1965-1966. Entre 1967 et 1974, le Brésil est marqué par les années de plomb ; les organisations révolutionnaires luttent contre les autorités militaires qui en retour renforcent les mesures répressives. Parmi ces guérillas, on compte le MR-8, l’ALN, le COLINA.

À partir de 1975, le gouvernement militaire brésilien entame une ouverture politique qui amorce le processus de transition à la démocratie. La fin de l’AI5 puis l’amnistie générale permettent à l’opposition de pouvoir participer au jeu politique sans être autant réprimée qu’auparavant. Les élections générales de 1985 permettent le retour concret de la démocratie au Brésil. L’essai de Thomas Péan, Guérillas en Amérique latine (1959-1989), montre d’ailleurs comment le régime militaire évolue entre répression et timide ouverture politique. Au contraire des idées reçues sur cette période, la période 1975-1985 représente un moment de moindre répression après les années 1967-1974. Surtout, cette décennie contribue, certes à un degré limité, au retour de la démocratie.

L’essai Guérillas en Amérique latine (1959-1989) précise ensuite les conditions dans lesquelles évolue la vie politique brésilienne de 1985 à 2019. Après la transition politique, une nouvelle constitution est promulguée en 1988 et entérine le processus de démocratisation. Alors que le pays connaît une nouvelle démocratisation, l’économie nationale est frappée par un taux record d’inflation qui contribue à l’échec de plusieurs plans économiques gouvernementaux. En 1994, le Real remplace le Cruzeiro comme monnaie nationale. En 2011, la Présidente Dilma Rousseff supervise la création d’une commission nationale chargée d’étudier les violations des droits de l’homme commises durant la dictature militaire.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Point de vue

Mexique, la Révolution contre la Révolution

Deux défaites : le Viet Nam et l’Afghanistan

De génération mutilée à génération engagée, n’y a-t-il qu’un pas ?

Quelles conditions pour une coopération transatlantique rénovée et fructueuse ?