Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Barkhane : un rapport parlementaire défend l’intervention française




Publié par le 15 Avril 2021

Un rapport parlementaire dévoilé mercredi 14 avril conclut que la France n’est pas « enlisée » au Sahel, avec son opération Barkhane.



30 auditions et un déplacement au Sahel

Wikipedia
Wikipedia
Un dernier rapport avant l’évolution de l’opération Barkhane. D’ici quelques mois, la principale opération extérieure de l’armée française pourrait changer de voilure. Une évolution du nombre d’hommes et sur les moyens engagés, ainsi qu’un hypothétique changement de nom, destiné à accélérer la transition avec les forces armées locales. L’occasion pour les parlementaires de faire le point sur le chemin parcouru, et sur la situation actuelle.

Dans leur rapport, les députées Sereine Mauborgne et Nathalie Serre présentent leurs conclusions, issues de pas moins de 30 auditions, et d’un déplacement au Sahel, auprès des forces armées, en novembre 2020. Pour ces dernières, le constat est sans appel : « il n’y a aucune solution sans Barkhane ». Cette opération témoigne d’un bilan « incontestablement positif », en dépit de la mort de 57 soldats français.

Lutte contre le terrorisme : l'importance de Barkhane

Forte actuellement de 5.250 personnes, l’opération Barkhane devrait poursuivre sur cette voie pour « au moins quatre mois », le temps de la montée en puissance de la force Takuba, une coopération conjointe des pays européens et de leurs homologues sahéliens. Un rapport qui tue donc dans l’œuf l’idée d’un retrait rapide de la force Barkhane. Une décision prématurée et hasardeuse selon les députées.

Ces dernières insistent également sur l’importance de Barkhane pour lutter contre le terrorisme et éviter qu’il ne se propage en Europe. Pour les députées, « la lutte contre le terrorisme au Sahel est un enjeu majeur qui dépasse les frontières sahéliennes ». Elles concluent sur le fait que « l’Europe ne peut être stable si l’Afrique de l’Ouest ne l’est pas ».




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Point de vue

Mexique, la Révolution contre la Révolution

Deux défaites : le Viet Nam et l’Afghanistan

De génération mutilée à génération engagée, n’y a-t-il qu’un pas ?

Quelles conditions pour une coopération transatlantique rénovée et fructueuse ?