Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Stress post-traumatique : un ancien soldat relie Paris à Chambéry pour briser un tabou




Publié par le 30 Août 2021

Un ancien soldat, réformé, du 13ème bataillon de chasseurs alpins, est parti vendredi 27 août dernier de Paris. Sa destination ? Chambéry et ses anciens frères d’arme, pour lever le voile sur le stress post-traumatique."



Briser le tabou du SPT

YouTube
YouTube
A 34 ans, Alexandre Jover connaît bien la guerre. Et l’Afghanistan. Il y a combattu à deux reprises en tant qu’ancien militaire du 13ème bataillon de chasseurs alpins. Blessé durant l’une des ses missions, il est aujourd’hui réformé. Et souffre de stress post-traumatique, depuis 2010. Une blessure invisible, qui se manifeste par moments, et a des conséquences directes sur sa vie quotidienne et celle de sa famille.

Cauchemars, irritabilité, angoisses. Les symptômes peuvent être multiples. Or aujourd’hui, bien qu’il existe de nombreux systèmes de prise en charge pour les soldats souffrant de SPT, cette pathologie peut conduire au suicide. Elle est par ailleurs entourée d’un véritable voile, qu’Alexandre Jover compte bien lever avec sa marche qui a débuté le 27 août dernier des Invalides. Tout un symbole.

Ne pas avoir peur de demander de l'aide

À travers cette marche, qui le conduira jusqu’à son ancien régiment, Alexandre Jover a choisi d’illustrer son parcours de soin, le soutien dont il a bénéficié, et cela jusqu’au tout premier échelon, à savoir son bataillon, ses anciens camarades qui ne l’ont jamais lâché, y compris durant une hospitalisation d’un an et demi en 2014. Pour cet ancien soldat, il ne faut pas avoir honte, et ne pas avoir peur de parler, et de demander de l’aide.

Accompagné d’un de ses anciens chefs durant les cinq premiers jours de marche, Alexandre Jover s’est donc lancé sur un périple de 530 kilomètres, qui devraient être parcourus en 18 jours, avec 22 villes-étapes. Il alternera les nuits chez l’habitant et les bivouacs. Pour suivre son aventure, rendez-vous sur les réseaux sociaux, à la page « Le nouveau vétéran ».




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.