Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Optic 2000 : Reportage dans les coulisses de la fabrication des lunettes




Publié par Romain Lambert le 24 Juillet 2014



Une logistique repensée, pour plus de fluidité et de réactivité

La communication entre le centre de montage et les magasins a été informatisée depuis plusieurs années. Même si 10 à 15 % des commandes sont encore traitées par téléphone, seules les commandes retournées ou les réclamations font désormais l’objet d’un traitement manuel.

« Avec 1200 magasins il n’était plus possible de procéder selon un traitement papier. » La centralisation d’une partie des activités d’achat et de montage du groupe Optic 2000 a entre autres pour but de limiter la constitution de stocks au niveau des magasins. Les stocks imposent en effet des procédures contraignantes de sécurité et de gestion, particulièrement dans un contexte de recrudescence des vols dans les magasins d’optique.

« Le principe retenu pour les magasins est de ne pas disposer de stocks de verres ou de lentilles, mais seulement de montures » explique Arnaud de la Rochefordière. « Par contremême à notre niveau, nous ne stockons pas de verres progressifs, car il y a des millions de références ».

Le principe de fonctionnement retenu au sein de la plateforme est donc celui de quasi flux tendus : « Notre réactivité est l’un des avantages à avoir une logistique en France : toute commande reçue avant 18h30 part le soir même. Et s’il s’agit d’une commande en France métropolitaine, elle sera livrée le lendemain par air ou par liaison routière avant 12h00, ou même avant 09h00 pour certaines urgences. »

Le centre logistique de Clamart permet la livraison sous 24 à 48h de la première paire, livrée en kit en magasins, qui assurent le meulage des verres, le montage et les ajustements finaux. La « deuxième paire gratuite », concept lancé par Optic 2000 en 1987, est intégralement montée à Clamart et livrée sous 3 à 6 jours ouvrés.

Infrastructure de pointe


Pour tenir ses délais, Optic 2000 a dû investir considérablement dans l’outil productif depuis son installation à Clamart en 2005. Sur place sont en effet réalisés le meulage de l’ensemble des verres, la teinte des verres solaires, et l’assemblage des paires. L’avantage d’une installation industrielle réalisée à partir d’une page blanche, c’est qu’elle permet d’optimiser la production, qu’il s’agisse de l’organisation de l’espace, de l’ergonomie des postes de travail ou des tâches pouvant être automatisées. Compte tenu des cadences de production, Optic 2000 a du faire appel à des machines-outils de pointe, aptes à encaisser la charge de travail : « alors qu’en magasin, une meuleuse dépasse rarement les 30 000 verres, les meuleuses de l’usines ont d’ores et déjà dépassé le million de verres pour certaines », selon le directeur logistique.

Afin de faciliter les mouvements logistiques, chaque paire de lunette, dûment identifiée par un code barre, navigue entre les différents postes d’assemblage sur un tapis roulant qui parcourt l’ensemble des ateliers. La systématisation de ce tapis, des étagères des stocks jusqu’au poste de montage, a permis de faire passer la distance moyenne parcourue par un salarié de huit à environ un kilomètre par jour. 

Les salariés ont été associés à la conception de ce système de manière à leur faciliter la tâche. « Nous avons repensé l’ensemble de l’ergonomie des postes de travail. Nous avons fait en sorte de disposer de locaux propres, modernes, lumineux et climatisés. La rotation des salariés permettent également de varier les compétences déployées, de mobiliser et d’entretenir plusieurs savoir-faire au cours d’une journée » précise le directeur logistique.

1 2





Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Septembre 2020 - 12:00 Désamiantage : les chantiers de l’extrême