Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Espagne choisit l'Europe de la défense pour son aviation future




Publié par Henri Poisot le 18 Février 2019

« Signé ! » c’est ainsi que Florence Parly a annoncé sur twitter l’entrée de l’Espagne dans le programme SCAF jeudi dernier.




Le programme SCAF (Système de combat aérien du futur) est un projet franco-allemand qui a été officialisé le 13 juillet 2017, le SCAF ne représente pas seulement un nouvel appareil de chasse, mais aussi toute une structure de partage de l’information qui reliera des plateformes habitées et d’autres sans équipages, il s’agit pour les armées de l’air des pays respectifs de repenser leurs approches du combat dans la 3e dimension pour garder une avance technologique et opérationnelle.

Le SCAF est au cœur d’une série d’accords de défense entre l’Allemagne et la France, qui comprend aussi conception d’un nouveau char commun aux deux pays. Ces accords industriels sont dans la droite ligne de la politique du président français qui cherche à renouveler une Europe de la coopération et du développement militaire. Une Europe de la défense moribonde après des programmes aux dépassements de coûts et retards désastreux comme l’A400M et confrontée à l’agressivité des offres américaines.

Le 31 janvier dernier, la DGA (Direction générale de l’armement) a notifié aux sociétés Airbus et Dassault Aviation un contrat de 65 millions € portant sur l’étude de l’architecture de l’avion et la définition précise des systèmes associés (drones, satellites, armement, etc.).

Jeudi 14 février lors d’une réunion de l’OTAN à Bruxelles les ministres française, allemande et espagnole ont signé la lettre d’intention qui associe l’Espagne au SCAF, l’Espagne qui va devoir remplacer 65 chasseurs F-18 d’ici 2030, selon Margarita Robles la ministre espagnole qui avait déjà fait part de l’intérêt de son pays pour le projet en décembre 2018.

L’Espagne est une habituée des programmes aériens européens avec par exemple le Tornado et l’Eurofighter. Pour éviter les écueils qui ont miné ces projets, c’est la France qui aura le leadership, comme l’a souligné la ministre française.  Le développement des parties critiques de l’appareil sera confié à des entreprises qui ont fait preuve de leurs compétences comme le français Safran et l’allemand MTU Aero Engines pour les moteurs.

L’entrée de L’Espagne renforce le SCAF face à son conçurent le Tempest de BAE system qui associe l’Angleterre, l’Italie et les Pays-Bas. L’Espagne qui détient 4,17 % du capital d’Airbus à travers la SEPI (Sociedad Estatal de Participaciones Industriales) a 10 000 employés du groupe sur son territoire, l’intérêt pour l’offre franco-allemande est d’autant plus évident.

L’arrivée de Donald Trump à la présidence, le changement radical du discours américain envers l’Europe, ainsi que le projet F-35 qui accumule toujours de nombreux problèmes montre un niveau de retour sur investissement bien faible pour les pays partenaires. En contrepartie, ce sont des catalyseurs à l’apparition de nouveaux projets de systèmes aériens en Europe ces dernières années. Les pays européens indiquent par ces accords qu’ils commencent à comprendre la nécessité de leur indépendance technologique et industrielle.
 



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.