Articles les plus lus ce mois

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Général Soubelet : « Parce que j’aime la France »



Publié par La Rédaction le 15 Novembre 2018

Le Général Soubelet, ex-n° 3 de la Gendarmerie nationale, est mis à l’écart en décembre 2013 pour avoir révélé, lors de son audition à l’Assemblée nationale dans le cadre de la Commission d’information sur l’insécurité en France, que la sécurité n’était plus assurée au quotidien dans certaines parties du territoire. Après la publication de son livre en 2016, "Tout ce qu’il ne faut pas dire", il s’engage en 2017 dans le mouvement Objectif France.



Vous souteniez en juillet dernier que l’affaire Benalla révélait l’effondrement de la classe politique. Où en est, selon vous, ce processus de décomposition ?
 
Cette affaire Benalla montre en effet une décomposition avancée. Le signe le plus pathétique, c’est la manière dont l’opposition s’en est emparée pour l’élever au rang d’affaire d’État à travers une commission d’enquête hypermédiatisée… Pour moi, Benalla n’est qu’un dysfonctionnement administratif qui, à ce titre, aurait dû être réglé administrativement.

Qu’est-ce que l’intérêt du pays devrait dicter aujourd’hui aux acteurs politiques ?
 
Il est difficile de prétendre savoir mieux que les autres ce qu’est l’intérêt du pays, mais ce que je vois c’est que, de gauche à droite, la hauteur de vue manque, singulièrement avec la majorité présidentielle actuelle, autour de la République en marche, qui nous offre finalement le pire de la vieille politique, ses débats tronqués et ses petits calculs à court terme… Par exemple, sur le prélèvement à la source qui peut causer de grosses surprises en janvier 2019 mais qui ne permet aucune refonte fiscale. De même, les ponctions exercées sur les classes moyennes, notamment à travers la taxe sur les carburants, qui nous cache le danger fatal de l’endettement actuel…
Il me paraît indispensable de retrouver notre marge de manœuvre, et la souveraineté qui en dépend directement, et pas seulement dans la gestion de la dette publique, mais aussi dans le numérique face aux géants du secteur, les GAFAM américains et les BATX chinois…
En quelques mots, pour répondre quand même à votre question, je dirai que l’intérêt du pays requiert au premier chef de l’objectivité, de la sincérité et de l’exemplarité.
 
Vous avez pointé à plusieurs reprises dans la presse les problèmes de l’économie souterraine et du communautarisme. La sécurité intérieure peut-elle contribuer à améliorer la situation économique et financière du pays ?

Bien sûr, il y a un lien direct entre l’économie du pays et les réseaux souterrains qui tiennent certains quartiers. Je rappelle que l’économie souterraine, selon les estimations, pèse en France de 150 à 200 milliards d’euros ! Il faut savoir que des quartiers entiers vivent de ces réseaux. Et il faut aussi comprendre que ce qui prévaut au niveau du Gouvernement c’est la peur de rompre des équilibres, savamment entretenus par des réflexes clientélistes.
Les raisons de sécurité, autant que les raisons économiques, nous obligent à remettre de l’ordre dans ces quartiers (1). Nous n’avons plus le choix d’attendre, quel que soit le risque de « déstabilisation » associé à la situation actuelle, c’est-à-dire pour la première fois dans notre histoire la superposition de facteurs religieux et de facteurs socio-économiques. Nous faisons face à une agression interne qui vient de l’extérieur et la destruction de notre pays est bel et bien à l’œuvre… Mais la France a connu d’autres secousses dans son histoire, je reste confiant.
 
Vous êtes vice-président du mouvement Objectif France. Pouvez-vous nous expliquer la portée de cet engagement ?
 
Le fil conducteur de mes choix et engagements a toujours été de servir mon pays – et cela très jeune, quand à l’âge de douze ans j’ai voulu devenir gendarme… Pour avoir, dans le cadre de mes fonctions militaires, fréquenté beaucoup d’acteurs du jeu politique national, je ne voulais pas rentrer dans cette arène. Mais, après ma mise à l’écart en 2013 et mon premier livre en 2016, Tout ce qu’il ne faut pas dire, il ne me restait plus que la politique et l’engagement public.
C’est pourquoi, après m’être présenté — sans succès, il est vrai — aux élections législatives de 2017, j’ai accepté de devenir vice-président du mouvement Objectif France, à côté de son président Rafik Smati. Point commun à souligner, ni Rafik Smati (entrepreneur dans la sphère internet) ni moi-même n’avons besoin de la politique pour vivre. Nous voulons porter la parole des Français, une vision de la France dénuée de calculs politiciens qui repose sur des idées simples et pragmatiques.
 
Quelles sont les étapes à venir pour le mouvement Objectif France ?
 
Pour l’instant, nous travaillons à l’implantation locale de notre mouvement, déjà fort de 34 000 adhérents et sympathisants dans plus de soixante départements. Et dans nos rencontres sur le terrain, quelques centaines de Français sont toujours au rendez-vous, ce qui est très encourageant dans le contexte actuel. Notre sincérité, semble-t-il, parle aux gens.
Quant aux échéances électorales, nous serons présents aux Européennes ainsi qu’aux municipales de 2020 qui seront une étape importante dans la préparation des législatives de 2022.
 
Votre motivation principale dans ce combat ?
 
Je veux continuer à servir mon pays de façon honnête et sincère. Parce que j’aime la France.


(1) https://www.journaldeleconomie.fr/General-Soubelet-%E2%80%89Traitons-les-vrais-problemes-ne-poussons-pas-les-Francais-a-la-revolte%E2%80%89_a6563.html
 





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 10:12 La chienlit : ce qu'aurait fait De Gaulle

Lundi 8 Octobre 2018 - 08:00 Daech : une idéologie mondialisée