Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Une cinquantaine de jihadistes tués par l’armée française au Mali




Publié par le 5 Novembre 2020

Les armées françaises ont mené vendredi dernier une importante opération, sans l’appui des forces maliennes, pour neutraliser une katiba de jihadistes, à la frontière avec le Burkina Faso.



Une importante opération militaire menée par la force Barkhane

Wikipedia
Wikipedia
C’est un beau succès pour la force Barkhane. Lundi dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, annonçait la neutralisation d’une cinquantaine de jihadistes au Mali, près de Boulikessi, à la frontière avec le Burkina Faso. Une opération menée par plusieurs unités des armées françaises, dont d’importants moyens aériens, et des forces spéciales.

Vendredi, à la tombée de la nuit, un drone français repère une colonne d’hommes circulant à moto. La colonne finit par se dissimuler sous les arbres, mais elle est repérée. Deux Mirage évoluant dans la zone sont alors envoyés sur place afin de procéder à une frappe. Cinq bombes GBU de 250 kilos sont lâchées sur l’objectif. Dans la foulée, plusieurs dizaines de commandos s’engagent eux-aussi dans le combat.

Des combattants appartenant à Ansarul Islam

Les échanges de feu dureront toute la nuit, entre les jihadistes et les forces spéciales au sol, appuyées par une demi-douzaine d’hélicoptères. Un déploiement important de moyens par la force Barkhane, qui aura donc permis la neutralisation d’une cinquantaine de jihadistes, et la capture de quatre d’entre eux. Durant l’opération française, aucun militaire n’aura été blessé.

L’état-major des armées a indiqué que les combattants en question appartenaient à Ansarul Islam, proche de la principale coalition jihadiste de la région, liée à Al-Qaeda. Les troupes d’Ansarul Islam sont responsables de nombreuses attaques meurtrières contre les forces de sécurité maliennes, dans le nord du pays.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >