Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Un drone Patroller se crashe, Safran pique du nez




Publié par le 9 Décembre 2019

Le drone Patroller de marque Safran n’a pas encore été livré à la Défense. Un exemplaire de l’aéronef s’est crashé vendredi dernier, lors d’un vol d’essai.



Un drone Patroller se crashe près d'Istres

Wikipedia
Wikipedia
Alors que sa livraison à l’Armée de Terre approche, un drone Patroller, fabriqué par Safran, s’est crashé vendredi dernier au cours d’un vol d’essai. Ce vol était mené depuis la base aérienne 125 située à Istres. L’appareil, piloté depuis le sol par les équipes de Safran Electronics et Defense, s’est écrasé dans la commune de Saint Mitre les Remparts, sans faire de victime.

Un crash qui fait mauvais genre. D’autant plus que ce vol d’essai était réalisé en vue de la livraison imminente de l’appareil à la Défense. En effet, d’ici la fin de l’année, un premier système comprenant cinq avions et deux stations au sol devait être livré à l’Armée de Terre, pour une mise en service prévue au début de l’année prochaine.

Cinq systèmes Patroller d'ici 2030 pour l'Armée de Terre

Au total, l’Armée de Terre doit normalement recevoir cinq systèmes Patroller, soit un total de 25 drones et dix stations au sol, nécessaires pour le bon fonctionnement des appareils. On ne sait pas encore si ce crash aura un impact sur le calendrier du Patroller. De son côté, Safran Electronics et Defense a indiqué qu’une enquête était en cours afin de déterminer les causes d’un tel accident.

Pour rappel, l’Armée de Terre espère beaucoup de ce drone Patroller. Il faut dire que Safran n’a pas lésiné sur l’équipement de son appareil. Ce drone est équipé notamment d’une boule optronique gyrostabilisée, capable de détecter de nombreux éléments au sol, de jour comme de nuit, à 150 kilomètres de distance. Un outil SA2R particulièrement précieux pour la Défense.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >