Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


Soldats blessés : le ministère des Armées s’attaque à la lenteur du système pour les décorations




Publié par le 6 Octobre 2022

Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, s’est récemment inquiété des délais, parfois longs, entre le moment où un soldat est blessé en opération, et celui où il est décoré. Il souhaite désormais s’attaquer à cette lenteur administrative.



Un délai de plusieurs années pour recevoir une décoration

Defense.gouv
Defense.gouv
Le 16 septembre, le drapeau du 3ème Régiment d’Infanterie de Marine était décoré de la Croix de la valeur militaire avec étoile de vermeil pour une action menée… six ans plus tôt, en Centrafrique, dans le cadre de l’opération Sangaris. Un délai particulièrement long qui concerne un régiment entier. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit de cas individuels ? Réponse : c’est la même chose.

Aujourd’hui, et cela depuis de longues années, des soldats blessés en opération attendent parfois plusieurs années avant de finalement recevoir leur décoration. Une situation qui a visiblement inquiété le ministre des Armées. Dans un communiqué publié le 3 octobre dernier, Sébastien Lecornu a déclaré avoir saisi l’Inspection générale des armées pour « accélérer le circuit à l’issue duquel un blessé se voit remettre ses décorations et récompenses ».

Un rapport attendu fin octobre

Autrement dit, le ministère des Armées souhaite aujourd’hui s’attaquer aux lenteurs administratives du système. Le communiqué rappelle, et tout soldat en conviendra, qu’un militaire « ne s’engage évidemment pas pour les décorations ». Sébastien Lecornu ajoute qu’il est de son « devoir de nous assurer de la reconnaissance de la Nation vis-à-vis de celles et ceux qui prennent des risques pour la réussite de la mission confiée, et plus particulièrement pour ceux qui ont été blessés dans leur chair ».

Dans leur chair, et dans leur tête. Des souffrances qu’une médaille ne gomment d’ailleurs que très rarement. L’Inspection générale des armées va désormais se pencher sur le « parcours de validation des citations individuelles et collectives » afin de lever les freins existants. Son rapport est attendu sur le bureau du ministre d’ici la fin du mois d’octobre.



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2024 - 11:20 L'avenir du Tigre : un hélicoptère robotisé ?