Articles les plus lus ce mois

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Loïk Le Floch-Prigent : « Retrouver la confiance des peuples africains »



Publié par la Rédaction le 23 Novembre 2018

Ex-grand patron (Rhône-Poulenc, Elf, Gaz de France, SNCF), Loïk Le Floch-Prigent se définit lui-même comme ingénieur, industriel… et Africain. En juin 2017, à la sortie de son livre Carnets de route d’un Africain (Elytel Edition), il déclarait : « L’Afrique nous attend [...] Si on coopère, on peut réaliser de grandes choses ». Esquisse d’une nouvelle politique africaine de la France.



Thoams Espinosa (c) Elytel éditions
Thoams Espinosa (c) Elytel éditions
Vous vous définissez vous-mêmes comme ingénieur, industriel… et Africain. D’où vous vient ce tropisme ?

Jeune adolescent, à force de lire, je suis devenu Africain dans ma tête. L’Afrique représentait à la fois une vie intérieure et une vie d’aventure. En plus, étant breton, j’étais déjà sensible à la tradition orale ou au culte des morts… Cet imaginaire africain de ma jeunesse est resté en moi : je suis anticonformiste et j’ai besoin d’aventure.

Le président Macron a dit en novembre 2017, au Burkina Faso : « Il n’y a plus de politique africaine de la France ». Qu’en pensez-vous ?

C’est malheureusement vrai. La France n’a plus de politique envers l’Afrique, tout un continent ! Mais il n’y a pas de quoi s’en vanter. Car il nous faut absolument une politique africaine. Ce vaste continent n’est-il pas important pour l’avenir ? Alors, accompagnons les pays avec une vraie politique ! Nous pourrions, par exemple, nous inspirer des propos du président ghanéen Nana Akufo-Addo, lorsqu’il a plaidé devant macron, en décembre 2017, pour une Afrique autonome et non en quête de charité.

Est-ce à dire qu’il n’y a plus de Françafrique ?

Je n’ai jamais compris ce concept qui vient, je le rappelle, d’un mot inventé par Houphouët-Boigny… Le passé colonial de la France a de bons et de mauvais côtés. De la même façon, il y a une manière négative et une manière positive de voir cette idée de Françafrique. Pour ma part, je pense simplement que nos liens avec l’Afrique et les Africains méritent d’être conservés.

Vous dites que la politique africaine de la France a été « un mélange honteux de realpolitik et d’hypocrisie ». Est-ce que ça continue ?

Oui, ça continue hélas. Ce qui veut dire qu’il y a une politique africaine cachée… L’hypocrisie règne en maître, notamment sur les élections (trafiquées), ce qui ne peut plus durer. À un moment, il faudra bien s’organiser pour des votes corrects.

En juin 2017, à la sortie de votre livre Carnets de route d’un Africain (Elytel Edition), vous avez déclaré : « L’Afrique nous attend [...] Si on coopère, on peut réaliser de grandes choses ». Comment faire ?
 
Comprenons d’abord une chose essentielle : les Africains savent ce qu’il leur faut. En premier lieu, une industrie africaine de transformation faite par les Africains eux-mêmes, et non une industrie européenne ou occidentale… Nous pouvons nouer des quantités de partenariats dans lesquels nous resterions minoritaires. Nous devons encourager et stimuler l’émergence de centaines et de centaines d’entrepreneurs de talent, à l’image du roi du ciment nigérian, Aliko Dangote… Cessons donc de décider à leur place ce qui est bon ou mauvais pour eux ! C’est pourtant ce que nous continuons à faire, pas seulement la France, mais l’Europe entière. Tout l’argent investi dans l’énergie a été mal dépensé. Prenons l’exemple de la cuisson des aliments dans les maisons ou dans les cases : passer du bois au gaz, c’est un progrès souhaitable (moins de maladies liées aux émanations toxiques, et moins de déforestation). Nous, européens, on continue à dire : "Non aux énergies fossiles !"… et la déforestation s’aggrave.
 
La France n’a donc pas la politique africaine que les Africains attendent. Sur quoi devrait miser une nouvelle politique africaine ?

Les choses les plus importantes à réaliser concernent les infrastructures et l’éducation. Pour les infrastructures, les interventions de la Banque mondiale contribuent à retarder les projets, tandis que les Chinois, eux, décident et agissent beaucoup plus vite… L’éducation requiert aussi des investissements très importants. Il faut pour cela des projets adaptés à leur culture et qui leur donnent envie d’entreprendre pour l’essor de leur continent.

 

Pourquoi le redressement de la France est-il lié à l’essor de l’Afrique ?

L’essentiel de mon raisonnement est fondé sur le fait que nous, les Français, nous avons une empathie réciproque avec les Africains, une sensibilité commune, une proximité culturelle sur une longue durée. Et cela nous donne beaucoup de possibilités. Mais nous avons aussi un énorme boulet aux pieds qui consiste à vouloir à tout prix, dans les hautes instances, faire la même chose chez eux que chez nous. C’est une erreur fondamentale, typique de l’écologie politique, qui prend les traits d’un néo-colonialisme économique. Par exemple, le solaire est loin aujourd’hui de pouvoir régler tous les problèmes en Afrique. Ce qu’il faut en Afrique, c’est de l’énergie bon marché. Il est donc indispensable de recourir aux énergies fossiles, comme nous l’avons fait avant eux.

Entre la France et les pays africains, l’énergie est donc l’enjeu principal ?

Oui, en Afrique l’énergie est l’enjeu principal. L’erreur actuelle est de vouloir éviter l’exploitation des énergies fossiles pour fabriquer l’électricité. Ni le solaire ni l’éolien ne régleront les problèmes de délestage (comme celui que le Congo-Brazzaville connaît en permanence en ce moment), car ces énergies sont à la fois intermittentes et difficiles à stocker. Cessons d’exporter nos problèmes.

Comment retrouver la confiance des peuples africains eux-mêmes ?

Pour retrouver la confiance des peuples africains, il faut être clair sur ce que l’on veut. Avec une politique claire, sans postures. Il faut changer de paradigme et mettre en œuvre une vraie politique, digne de ce nom.

Que souhaitent les jeunesses africaines ?

La jeunesse souhaite surtout des changements de régime. Ils en ont assez. La relève est prête, y compris dans les diasporas, au sein desquelles l’aspiration au retour est de plus en plus partagée. C’est un mouvement énorme. Il faut l’encourager, à condition cependant que ces candidats au retour puissent être bien accueillis, et non pas rackettés par les pouvoirs en place…

Quand vous dites qu’il faut raisonner « unité africaine », que voulez-vous dire ?

Nous savons très bien ce que valent les frontières artificielles héritées du partage colonial. Les pays africains ont du mal à exister en tant que nations séparées et ces frontières sont très poreuses… Comment faire néanmoins face aux dangers réels de l’ethnicisme ou du tribalisme ? Il nous faut une vision pour l’Afrique dans son ensemble.

Comment voyez-vous l’avenir du Franc CFA ?

Je préfère le Franc CFA au désordre qui aurait lieu si on laissait les pays battre monnaie.

Quelle place donnez-vous à la Francophonie dans cette politique africaine que vous appelez de vos vœux ?

Quelle francophonie ? Une francophonie représentée aujourd’hui par le Rwanda, qui pille encore le Kivu, la région voisine de la République démocratique du Congo ?… Je me demande vraiment comment on a pu en arriver là.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Septembre 2018 - 13:31 L'internet chinois comme instrument de puissance

Mercredi 26 Septembre 2018 - 12:39 L'arme de la monnaie dans les échanges internationaux.