Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

L’armée malienne est de retour à Kidal




Publié par le 17 Février 2020

Le grand retour. L’armée malienne reconstituée est retournée ce week-end à Kidal, une localité autrefois aux mains des ex-rebelles. Un vrai test pour les autorités maliennes.



240 soldats maliens pénètrent à Kidal

Une sécurité renforcée, un camp refait. L’armée malienne, reconstituée, est de retour à Kidal. Grâce à l’action de la force de l’ONU sur place, la MINUSMA, et aux discussions en haut-lieu, un bataillon de l’armée régulière a pu retrouver le camp que les forces maliennes occupaient avant que les ex-rebelles touaregs ne les chassent. Une période qui semble révolue, même si la situation reste fragile.

Le député Hamada Ag Bibi, qui fait partie de ces rebelles, a ainsi pu souhaiter la bienvenue aux soldats maliens, en leur assurant qu’ils étaient désormais chez eux. En tout, ce sont 240 soldats maliens, escortés par l’ONU, qui ont pris place dans un camp restauré pour l’occasion. Un retour plus que symbolique pour l’armée malienne, et qui veut incarner la restauration de l’autorité de l’Etat dans cette zone.

Un retour symbolique pour le gouvernement malien

Plus largement, et alors que la question de l’autorité des pouvoirs publics est au cœur du conflit qui secoue le Mali, il s’agit là d’un véritable crash test. Longtemps privée de présence étatique, cette ville du Nord du Mali représente, à elle-seule, la situation complexe dans laquelle est plongé le pays du Sahel. Il s’agit également d’une étape clé dans la mise en place de l’accord de paix conclu entre les touaregs et le gouvernement.

Située à 1.500 kilomètres de Bamako, Kidal est depuis toujours un véritable bastion touareg, mais également l’épicentre des clans les plus influents du Mali. Depuis l’indépendance du pays, cette zone a progressivement été marginalisée, au point d’en faire une localité particulièrement sensible aux conflits internes. Depuis 2014, l’armée malienne n’y avait pas mis les pieds.




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >