Enderi






Facebook
Twitter
YouTube

















Pas de video

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

L’armée française a lancé son premier exercice spatial




Publié par le 10 Mars 2021

C’est depuis Toulouse qu’a eu lieu le lancement du premier exercice militaire spatial de l’armée française.



Plusieurs scénarios de réaction militaire dans l'espace

Wikipedia
Wikipedia
Nom de code : AsterX. Il ne s’agit pas d’un mauvais porno, ni d’un remake version science-fiction des aventures d’Astérix le gaulois, mais bien du premier exercice militaire spatial de l’armée française. Ce dernier a été lancé mardi 9 mars dernier depuis Toulouse, sous la direction du général Michel Friedling, le commandant du Commandement de l’espace (CDE).

Depuis mardi, depuis le Centre national d’études spatiales (CNES), une soixantaine de personnes ont pour mission de simuler des scénarios d’attaques spatiales. Des situations qui vont de l’entrée dans l’atmosphère d’un débris spatial jusqu’à une situation de conflit impliquant une réaction diplomatique, politique et militaire dans le cas où les choses empireraient.

Une première en France et en Europe

Aujourd’hui, l’espace demeure un endroit de plus en plus contesté sur le plan international, et de plus en plus utilisé. On estime à plus de 42.000 le nombre d’objets de plus de dix centimètres qui graviteraient autour de la Terre, et à plus de 900.000 le nombre d’objets de plus d’un centimètre. Sans compter le nombre de satellites internationaux qui évoluent dans cet environnement, dont la surveillance a été confiée, en partie, aux armées.

C’est la première fois que la France organise un tel exercice. Une première également au niveau européen. À noter que des militaires américains et allemands ont également été conviés pour l’occasion, qui réunit également le Centre militaire d’observation par satellite (CMOS), le Centre opérationnel de suivi militaire des objets spatiaux (Cosmos) de Lyon et la Direction du renseignement militaire (DRM).




Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.