Enderi

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable


L'Armée de Terre veut simplifier les séances de formation aux drones




Publié par Jean-Baptiste Le Roux le 4 Septembre 2023

Les drones ont désormais une place incontournable sur le champ de bataille, comme en témoigne le conflit ukrainien. L’armée de Terre française, soucieuse de rester à la pointe de la technologie, travaille à intégrer pleinement cette nouvelle dimension.



L'importance croissante des drones sur le champ de bataille

Defense.gouv
Defense.gouv
L'utilisation des drones aériens est devenue cruciale dans les opérations militaires contemporaines. Outre les frappes ciblées, ils permettent de collecter des renseignements, mener des opérations de déception, et même d'alimenter la lutte informationnelle. Dans le conflit en Ukraine, ils ont permis une transparence accrue du champ de bataille, révolutionnant ainsi la tactique militaire.

Selon le général Pierre Schill, chef d’état-major de l’Armée de Terre, l’association de la détection simplifiée par les drones et la capacité de destruction facilite les pertes, ce qui incite les belligérants à opter pour la défensive. En conséquence, les gains territoriaux deviennent rares et la progression tactique s'en trouve ralentie.

Les défis de l'intégration des drones pour l’Armée de Terre

Malgré l'importance croissante des drones dans les opérations militaires, l’Armée de Terre française rencontre des défis pour s'approprier pleinement leurs capacités. En 2025, elle devrait disposer d'environ 4.000 drones, mais le récent exercice interarmées Orion a révélé des disparités significatives dans leur utilisation entre les régiments. Le général Schill a donc adressé une lettre aux officiers supérieurs de l’Armée de Terre, les exhortant à améliorer la préparation opérationnelle en matière d’utilisation des drones, insistant sur le risque d'un retard qu’il deviendra difficile de combler.

L'un des principaux obstacles à l'intégration rapide des drones dans les régiments est la réglementation stricte en matière de sécurité aérienne. Cependant, le général Schill estime que ces défis ne doivent pas être insurmontables. Selon lui, l'utilisation des drones devrait être aussi simple qu'une séance de tir ou une sortie sur le terrain. Le message est clair : les drones doivent être intégrés pleinement dans les unités dès 2023.



Nouveau commentaire :

ENDERI promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction d'ENDERI se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2024 - 21:26 Police du ciel : une hausse des interventions en 2023