Articles les plus lus ce mois

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Et vous ? Auriez-vous pris la place de l’otage ? (suite)



Publié par Landry RICHARD le 18 Septembre 2018

Dans combien de familles, en France et à l’international cette question a été posée depuis ce tragique vendredi 23 mars 2018 dans l’Aude, quand le Lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud BELTRAME a décidé de prendre la place d’une employée, prise en otage par un terroriste djihadiste de 25 ans qui venait déjà d’abattre trois personnes dans une course meurtrière qui l’a conduit jusqu’au SUPER U de Trèbes ? Elle sortira saine et sauve du supermarché ; l’officier sera abattu par le terroriste alors qu’il tentait de le désarmer. Il succombera à ses blessures le lendemain.



Était-ce normal de se substituer à l’otage ?

Si l’on s’en réfère aux techniques d’intervention professionnelle et aux techniques d’intervention spécialisée de la Gendarmerie Nationale, rien ne mentionne jamais la possibilité de se substituer à un otage, ce n’est pas « la procédure ». Le statut général des militaires datant de 1972 citait pourtant, dès son article 1, au titre des valeurs fondatrices de l’état militaire, l’esprit de sacrifice. Cependant, le projet de refonte de ce statut général des militaires, élaboré en 2003, éliminait cette référence tout en maintenant l’énumération d’autres valeurs essentielles (loyalisme, neutralité, discipline, disponibilité). La notion de sacrifice reste toutefois omniprésente dans « l’esprit militaire », l’article D4122-4 du code de la Défense nationale expliquant : « L’efficacité au combat exige que chaque militaire participe à l’action contre l’ennemi avec énergie et abnégation, y compris au péril de sa vie, jusqu’à l’accomplissement de la mission reçue. »
 
Officier de gendarmerie, qui plus est avec un rôle de commandement, la place du Lieutenant-colonel BELTRAME n’était pas dans la colonne d’assaut, mais Arnaud BELTRAME était de ces « patrons » toujours en tête, accomplissant sa part d’abnégation, le premier à prendre les coups si la situation devait mal tourner. Il savait ce qu’il faisait, n’y est pas allé en héros, mais en professionnel, sûr et certain de pouvoir maîtriser ou raisonner le terroriste.
 
Dans l’analyse comportementale, une différence est à faire entre le passé et le futur, qui appelle une autre question : « Aurais-je moi aussi pris la place de cette femme ? » devient alors « Prendrai-je demain la place de cette femme ? » et tout change ! Nous ne savons pas comment nous aurions réagi à sa place, impossible de vraiment savoir comment nous réagirions demain.
 
Plusieurs m’ont répondu « S’il avait fallu le faire je pense que je l’aurais fait », « mais sans vraiment savoir comment je réagirai si ça se présentait demain ». Car c’est le genre de situation à laquelle il est impossible de se préparer.
Que l’on se substitue à l’otage, que l’on entre dans un immeuble complètement embrasé ou que l’on fasse Camerone[1] , c’est la même chose, c’est danser avec le diable. C’est se mettre sciemment en danger de mort, tout en gardant l’espoir de s’en sortir dans un idéal dévotionnel.
 
« Si tu es absolument certain de mourir en continuant, tu n’es pas un héros, tu n’es qu’un abruti qui se suicide pour la gloire. La fausse gloire. »
Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004
 
 
Dans le journal l’Opinion du 17 mars 2017, le « héros » de la Gendarmerie Nationale[2] le Général Denis FAVIER expliquait six jours avant le drame de Trèbes à Jean-Dominique MERCHET qu’au cours des opérations du GIGN, on y apprend à construire la prise de risque par rapport à des dangers, par rapport à l’idée de l’échec et aussi souvent par rapport à la notion de vie et de mort. Que dans une opération extrême, face à un danger immense, on y va, avant tout, parce qu’on a le sens de la mission et qu’il n’y a pas d’autre solution pour mettre un terme à une situation désespérée. C’est une question qui relève quasiment de l’éthique. Mais la prise de risque se bâtit aussi autour d’éléments plus rationnels comme le raisonnement tactique et la maîtrise parfaite du métier, c’est-à-dire des savoir-faire techniques. Ils constituent un ancrage fort. Dans une crise paroxystique, la décision d’engagement final ne se partage pas. Elle relève de celui qui mettra en œuvre l’action ultime et qui décidera du moment et des moyens à y consacrer. Le vrai patron, c’est celui qui dit : « on y va » et qui prend le risque d’endosser l’échec. 
 
 Ma vie vaut moins que la cause que je défends
Ce n’est jamais exprimé consciemment et ce n’est pas dans notre culture occidentale. En Asie, c’est différent, le collectif prime sur l’individu pour la grande majorité de ceux qui depuis des générations sont élevés dans la culture du « grand tout ».
 
Dire que s’il faut le faire demain, je le ferai, est bien plus simple. Il s’agit de courage, d’un idéal d’engagement porté par la devise sauver ou périr. C’est bien plus encré dans la « culture pompier » même s’il ne faut pas s’y tromper, le dilemme n’est jamais un choix entre vivre et mourir. À chaque fois que nous intervenons, nous connaissons les dangers de notre métier et le risque lié au fait de s’exposer. Mais nous pensons toujours avoir le dessus sur notre environnement grâce à notre matériel, nos équipements, nos savoir-faire et notre expérience. Il n’est jamais question de chance ou de hasard, c’est du travail, de l’entraînement.
 
 
 
[1] Faire Camerone, en référence à la bataille de Camerone est un combat qui opposa une compagnie de la Légion étrangère aux troupes mexicaines le 30 avril 1863 lors de l'expédition du Mexique. Soixante-deux soldats de la Légion, assiégés dans un bâtiment d'une hacienda du petit village de Camarón de Tejeda (« Camerone » en français), résistèrent plus d'une journée à l'assaut de 2 000 soldats mexicains.
[2] En référence à la prise d’otage de Marignane en 1994 où il a mené l’assaut avec ses Hommes (du GIGN).

Pour conclure, je reprendrai les mots de Bernard BAJOLET, Ambassadeur de France et ancien directeur de la DGSE, cité dans « Arnaud Beltrame, Le héros dont la France a besoin, Jacques Duplessy, Benoît Leprince, Éditions de l’Observatoire, 2018 », car ils ont la justesse de donner à chacun le sens du devoir.
« Je dois le dire : le mot de “héros” que l’on associe le plus souvent à Arnaud BELTRAME me gêne un peu. Il nous éloigne de l’homme qu’il était pour en faire une sorte de demi-dieu, un personnage à admirer, mais pas un modèle à suivre, parce qu’inaccessible. En le mettant sur un piédestal, nous valorisons — légitimement — le corps dont il était issu, voire nous nous flattons nous-mêmes collectivement, nous citoyens français dont le pays a été capable de produire un homme tel que lui. 
Mais en le faisant, en isolant Arnaud BELTRAME dans la catégorie des hommes exceptionnels, ne cherchons-nous pas au fond de nous-même à esquiver le principal message que sa mort nous envoie, à excuser par avance notre possible dérobade pour accomplir un devoir auquel des circonstances pourraient un jour nous confronter ?
Car c’est bien le message que la mort d’Arnaud BELTRAME nous adresse. Il est un rappel à chacun de son devoir. Et “faire son devoir” n’est pas quelque chose qui serait réservé à des militaires, ou à des policiers, sous prétexte qu’ils ont choisi un métier auquel ce mot paraît associé. L’individu, quelle que soit sa place dans la société, n’a-t-il pas des devoirs vis-à-vis de la collectivité ? Mais ce mot sonne vieux jeu aujourd’hui : on entend parler plus volontiers de droits, privés de toute contrepartie. C’est aussi oublier que ces droits, nos prédécesseurs les ont eux-mêmes obtenus souvent au prix de luttes et d’importants sacrifices.
Il ne s’agit pas de banaliser le geste d’Arnaud BELTRAME. Peu de personnes, même ayant son niveau de responsabilité, en auraient été capables. Aucun, aucune d’entre nous ne peut être certain de ce qu’il ou elle aurait fait dans les mêmes circonstances. Mais une chose est claire : Arnaud BELTRAME nous a montré la voie. C’est vrai, il a placé la barre bien haut. Mais c’est là où il nous faut regarder. S’il a réussi à nous faire comprendre ce que signifie le mot “devoir”, alors c’est déjà beaucoup. »




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 10:12 La chienlit : ce qu'aurait fait De Gaulle