Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Éric Vallée, président de SET Environnement : "les risques liés à la dépollution nous obligent à repousser les frontières du professionnalisme"



Publié par La Rédaction le 3 Septembre 2014

L’amiante est un produit toxique, ce qui signifie que les professionnels chargés du désamiantage sont continuellement exposés. Entre formations, prévention et gestion des risques, le métier se fait sous tension, avec rigueur et précision. Revue de détails et immersion avec SET Environnement et son dirigeant, Éric Vallée.



(Sous licence Creative Commons)
(Sous licence Creative Commons)

L’amiante est un produit dangereux et vous êtes en première ligne. Quels sont les risques concrets que présente votre activité ?

Le risque premier auquel on pense naturellement est celui qui pourrait peser sur la santé des personnes, parce que nous travaillons sur de l’amiante. Mais compte tenu des équipements et des procédures de sécurité mises en place sur nos chantiers, les principaux risques sont ailleurs. Ils tiennent beaucoup plus aux lieux dans lesquels s’exerce notre activité : industries chimiques, centrales de production énergétique, fonderies, ou même cages d’ascenseurs. Le risque peut être d’origine chimique, thermique, électrique, mécanique… Chacun faisant appel à des mesures spécifiques de sécurité.

Il nous arrive d’intervenir pour enlever l’habillage externe amianté de chaudières de plusieurs dizaines de mètres de haut, sur des échafaudages de même hauteur. Nous sommes également intervenus dans le secteur de la sidérurgie, à proximité de coulées de métal en fusion, dans des gaines d’ascenseurs d’immeuble de 20 ou 30 étages, ou encore dans des unités de chauffage urbain, avec des conditions de température extrêmes. Chaque intervention est unique et les risques de chaque chantier doivent être évalués et intégrés à notre prise en compte de la problématique amiante, en dehors de toute routine ou schéma préétabli. Les risques liés à la dépollution nous obligent à repousser les frontières du professionnalisme.

Pour autant que l’on vienne un jour au bout de l’amiante, vos compétences sont-elles utilisables dans le cas d’autres pollutions ?

La philosophie de notre métier, les méthodes de prévention et de gestion des risques ainsi que notre culture de la sécurité sont transposables à tous les risques, sous condition naturellement de quelques ajustements techniques. Le cœur de notre démarche repose sur la capacité à évaluer les risques et à mettre en œuvre les moyens et les procédures permettant de maitriser ces risques, quel que soit le cas de figure. Notre culture de la sécurité ne repose pas sur un artifice technique ou sur le simple respect de la législation ; c’est une préoccupation permanente et un souci de remise en question constant qui nous permet d’exercer nos compétences dans les meilleures conditions.

La réalité de cette philosophie nous a d’ailleurs permis d’être engagés par le CEA (Commissariat à l’énergie atomique, Ndlr) sur des questions de dépollution radioactive. Parce que nous exercions dans le domaine de l’amiante avec tout le sérieux requis par l’industrie nucléaire, nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières à nous plier à l’exercice de la décontamination radioactive.

Les risques sont-ils toujours les mêmes ?

En dehors des risques liés aux conditions de réalisation des chantiers, et concernant plus spécifiquement l’amiante, le risque dépend beaucoup du matériau dans lequel nous détectons de l’amiante. Si l’amiante n’a quasiment jamais été utilisée pure, elle a par contre été très souvent associée à d’autres matériaux pour « transmettre » une partie de ses caractéristiques : il pouvait s’agir d’augmenter la rapidité de séchage pour les ciments, la rigidité, la résistance à la chaleur, à l’abrasion…

Dans des immeubles anciens, vous pouvez trouver des dalles de ragréage réalisée avec de l’amiante, ce qui signifie racler l’intégralité de la dalle jusqu’au béton pour se débarrasser de l’amiante. L’amiante sous forme de flocage – de l’amiante mélangée à de la colle, schématiquement – est probablement le matériau le plus problématique, étant donné sa faible résistance mécanique et sa dégradation rapide dans le temps. On en trouvait par exemple dans les parkings, où un simple coup d’antenne de voiture suffisait à attaquer le matériau et à répandre de la poussière d’amiante.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Janvier 2017 - 20:00 Le Socialwashing et les dérives éthiques