Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Pourquoi la Chine s'inquiète



Publié par La Rédaction le 18 Octobre 2012

Face à l'enlisement de l'Europe dans la crise, au ralentissement de nombreux secteurs, et à la baisse de l'activité manufacturière chinoise, Wen Jiabao, le premier ministre chinois s'inquiète pour l'économie de son pays.



Le Premier Ministre chinois Wen Jiabao au  World Economic Forum de 2007
Le Premier Ministre chinois Wen Jiabao au World Economic Forum de 2007
L'économie chinoise s'enraye

Depuis quelques mois, l'atelier du monde montre des signes de faiblesse qui inquiètent au plus haut point ses dirigeants. Un stress qu'Angela Merkel a constaté, lors du dernier sommet bilatéral, en s'entretenant avec le premier ministre chinois Wen Jiabao. Ce dernier s'inquiète de l'enlisement de l'Europe dans la crise. Les échanges commerciaux avec le continent ne cessent de ralentir et cette diminution est une source de préoccupations pour Wen Jiabao. Ce dernier doit en effet faire face à un recul des activités manufacturières et sidérurgiques du pays. Des activités qui rappelons-le, sont des piliers de l’économie chinoise. La Bourse de Shanghai affiche quant à elle, le plus bas niveau observé depuis 2009, et l'économie n'a progressé que de 7,6 % pendant le deuxième trimestre 2012. Les exportations n'ont quasiment pas progressé, avec seulement 1 % de croissance en glissement annuel. Des performances qui ne sont pas celles que l'on connait de la Chine. Les prévisions économiques annonçaient déjà la fin de l’hyper croissance chinoise, mais Wen Jiabao ne s’attendait pas à un tel recul.

L'activité manufacturière est au plus bas

HSBC, qui mesure régulièrement la santé de l'activité manufacturière chinoise, constate une contraction importante du secteur. L'indice PMI des directeurs d'achat est le plus bas enregistré depuis 9 mois. Le communiqué de HSBC indique que cet indice est passé de 49,3 à 47,8 au cours des trois derniers trimestres, et que la dernière expansion de l'indice PMI remonte à octobre 2011. Pour stabiliser et soutenir son économie, la Chine a déjà pris des mesures telles que le rabaissement des taux d'intérêt directeurs. Cependant, on ne sait pas si cela sera suffisant pour que le pays atteigne ses objectifs de croissance. Le FMI vient renforcer les craintes du premier ministre chinois en estimant une croissance économique de 8 %, alors que la Chine vise les 10 %. Le produit intérieur brut inquiète également Wen Jiabao. En effet, le PIB de la Chine n’a progressé que de 7,6 %,  au deuxième trimestre, la plus mauvaise performance du pays depuis 2008. Et pour ne rien arranger, les investissements directs étrangers sont aussi en recul.

La crise européenne fait reculer les IDE

Alors que les mauvaises nouvelles s'accumulent, le recul des investissements directs étrangers vient accroitre l'inquiétude de Wen Jiabao. Et pour cause, la crise européenne met plus de temps que prévu, à se résorber. La majorité des partenaires commerciaux chinois se trouvant en Europe, l'incertitude grandit et les exportations diminuent tout autant que les IDE. Ainsi, les investissements directs étrangers ont baissé de 8,7 %, et confirment la tendance baissière. Le ministère du commerce chinois constatait déjà une diminution des IDE le mois précédent, avec 7,58 milliards de dollars investis par les entreprises étrangères. Soit une baisse de 6,9 % sur un an. La Chine est donc touchée de plein fouet par la crise, et a d’autant plus de raisons de s’inquiéter qu’elle compte sur la reprise des exportations pour stabiliser son économie.

Ralentissement des exportations

Au regard du nombre de commandes qui continuent de baisser, une reprise des exportations s’annonce peu probable. La première compagnie maritime chinoise, Cosco, est d'ailleurs le témoin d'un repli des échanges. Elle a accumulé les pertes de manière progressive et constante depuis le début de la crise européenne, et estime que ses revenus vont encore diminuer. Rien n’annonce donc que les exportations reprendront rapidement, et la tendance suggère même qu’elles vont continuer de ralentir. Le FMI envisage tout de même une accélération globale de l’économie chinoise au second semestre 2012. Cette accélération devrait être accompagnée par une plus forte croissance des exportations, mais rien ne laisse croire que cela sera suffisant. Le patron de Weiqiao Textile, la plus grande entreprise chinoise de textile, est encore plus pessimiste et considère que l'économie chinoise n'est qu'au début de ses peines. Selon lui, la baisse de consommation de coton dans son secteur, qui devrait être de 11 % en 2012, est un signe tangible d’une perte de vitesse qui devrait se poursuivre. Durant le premier semestre 2012, les exportations de produits textiles ont déjà baissé de 0,7 %, et les estimations de consommation de coton ne font que confirmer un recul inévitable des exportations.

La Chine entre dans un cercle vicieux

Le recul des exportations touche les entreprises de textile, mais aussi tous les acteurs du secteur, comme les compagnies maritimes et même les transporteurs aériens. Les compagnies sidérurgiques sont elles aussi, en bien mauvaise posture. La sidérurgie est un autre pilier d'activité de l'atelier du monde, et déjà la majorité des entreprises de ce secteur perdent de l'argent. Ainsi, alors que l'économie se porte déjà mal, des vagues de licenciement pourraient avoir lieux dans un avenir proche. La consommation des ménages ralentirait à son tour, et impacterait l’économie. Avec ses entreprises sidérurgiques en difficulté, et les vagues de licenciements qui menacent les salariés de cette industrie, la Chine se retrouve désormais dans un cercle vicieux. Un cercle dont elle espère sortir grâce à un rééquilibrage de ses exportations vers la consommation. Cependant, cela s’annonce très difficile. D’où l’inquiétude et l’empressement du premier ministre chinois.

Wen Jiabao compte sur un rééquilibrage des exportations

Lors de leur rencontre à Pékin, Wen Jiabao et Angela Merkel ont débattu sur l’urgence de rééquilibrer les exportations de la Chine. Cependant, il y a peu de chance que les mesures qui suivront de leur entretien portent leurs fruits avant la fin du mandat de Wen Jiabao. C’est à son successeur qu'il reviendra la tâche de redémarrer le moteur de l'économie chinoise. Face à un premier ministre chinois très inquiet, Angela Merkel, assurait à ce dernier que la volonté politique européenne, à renforcer la valeur de l’euro, n'a jamais été aussi grande, et que des réformes étaient en cours. Cela pourrait favoriser une reprise rapide des exportations chinoises et faire sortir le pays de son cercle vicieux. Mais cela ne suffira pas, car, si la reprise tant attendue de l’économie européenne n’intervient pas rapidement, les IDE vers la Chine risqueraient de régresser davantage, augmentant par la même occasion le risque de licenciement. Cela réanimerait le cercle vicieux dans lequel la Chine se trouve actuellement.




Dans la même rubrique :
< >