Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Philippines : dans l’œil de la diplomatie japonaise



le 20 Novembre 2013

Les catastrophes climatiques ont des effets souvent dramatiques, mais parfois inattendus. Ainsi, l’aide humanitaire japonaise apportée aux Philippines suite au passage du typhon Haynan pourrait coïncider avec la plus grande opération aéronavale japonaise depuis la fin du second conflit mondial.



Le Japon au chevet des Philippines

Philippines : dans l’œil de la diplomatie japonaise

Dès le 14 novembre, le Japon a annoncé son intention d’envoyer 1000 soldats aux Philippines, ainsi que des avions et des bâtiments militaires. Cette intervention, qui implique une très lage gamme de métiers et de matériaux de l’armée, ressemble à s’y méprendre en une démonstration ayant pour but le réinvestissement progressif, sur la scène militaire, de la région du Sud-Est Asiatique par le Japon, ce qui ne manquera pas de faire grincer quelques dents. L’arrivée au pouvoir l’année dernière de Shinzo Abe, qui ne cache pas ses intentions de réforme de la constitution pacifiste, est directement associée à la projection aux Philippines de ce qui est encore nommé la « force maritime d’autodéfense japonaise ». Mais le Japon n’est pas le seul pays à apporter une aide conséquente aux Philippines : des porte-avions américains et britanniques sont ainsi arrivés sur place. Le montant de l’aide promise par ces deux pays occidentaux est de 52 millions de dollars… soit autant que le seul Japon. La Chine, initialement très frileuse à tout type d’aide aux Philippines (avec lesquelles il existe un contentieux territorial), s’est ravisée et a finalement promis 1,2 millions d’euros d’aide. Cette catastrophe naturelle semble désormais au cœur de la diplomatie et des rapports de force dans la région du Sud-Est asiatique, un espace qui a connu de réelles crises frontalières ces dernières années


Une intervention symbolique

L’intervention militaire semble consacrer une évolution considérable de la poltiique étrangère japonaise, qui a commencé dès la fin des années 80. A cette époque, le Japon, privé de véritable armée, commence à étudier les possibilités de projections extérieures à travers les opérations de secours. Vient consacrer une alliance stratégique face aux velléités expansionnistes chinoises. Ainsi, la loi de 87 autorise l’envoi de forces armées sur un théâtre de catastrophe, mais uniquement à al demande explicite du pays concerné. La loi de 1992 permet une extension : les forces d’autodéfense peuvent désormais se greffer à des opérations militaires internationales. Le meilleur exemple de l’intégration de la puissance militaire japonaise dans l’espace Pacifique demeure l’exercice RIMPAC de 2012, co-dirigé par un vice-amiral japonais. Un nouveau « containment », en quelque sorte. Non content de multiplier les partenariats bilatéraux avec de nombreux pays de la région, comme le Vietnam ou l’Inde, le Japon cherche aussi à déployer de plus en plus régulièrement ses forces, dans le but largement avoué de tenir en respect la République Populaire de Chine. Et c’est dans ce cadre qu’intervient l’aide d’urgence apportée à Manille. Cette intervention est tout simplement la plus importante opération aéronavale japonaise depuis la fin de la seconde guerre mondiale : 1180 hommes déployés, au moins trois navires, dont un porte-hélicoptère, dix avions, six hélicoptères. Petit à petit, le Japon revient au premier plan militaire de la région, et compte bien y demeurer.





Dans la même rubrique :
< >