Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Nokia : la longue descente du fleuron finlandais va-t-elle entraîner Microsoft ?



Publié par La Rédaction le 18 Juillet 2014

Microsoft vient d'annoncer un plan de licenciement massif, véritable coup de tonnerre dans le ciel d'une entreprise qu'on imaginait invulnérable face à ce genre d'aléas de l'activité. Le rachat de Nokia, en perte de vitesse depuis des années, n'est pas étranger à cette décision, et ce n'est pas pour rien que l'entreprise finlandaise va concentrer l'essentiel des licenciements. Retour sur l'histoire tumultueuse de Nokia et sur un mariage bien peu équilibré.



Credit : Michele Ficara Manganelli
Credit : Michele Ficara Manganelli
Les Smartphones sont devenus des incontournables du quotidien, mais l'explosion de l'offre tant à fragiliser les acteurs historiques. Ce marché toujours florissant est toutefois le théâtre d’une rude concurrence entre les fabricants qui rivalisent d’ingéniosité pour accroître leur part de marché, de nouveaux entrants qui entendent se tailler une part du gâteau (tel Amazon) et de concepteurs de systèmes d'exploitation qui entendent bien imposer leur domination. Si certains ont pu saisir leur chance et développer leur notoriété, d’autres ont raté le tournant et devront plier bagage ou céder leur activité. C’est le cas de Nokia qui, après avoir porté haut l’étendard finlandais dans le domaine des nouvelles technologies, a été contraint de passer le flambeau au géant de l’informatique Microsoft.

Nokia, une fierté nationale

La notoriété de Nokia dans le domaine de la téléphonie mobile a duré plus d’une décennie. Entre 1990 et 2000, la marque n’a cessé d’enchaîner les succès auprès de ses utilisateurs. La qualité de ses appareils ainsi que leur fiabilité lui ont permis de briguer à chaque fois le haut du podium en termes de vente de téléphones dans le monde. Cette période faste continue jusqu’en 2009 où la marque demeure encore indétrônable malgré l’inventivité de ses rivales, tant au niveau design qu’en termes de fonctionnalité.

L’entreprise n’est pas la seule à profiter de sa popularité. Loin de choisir l’exode fiscal, Nokia préfère participer à la bonne marche économique de son pays. La société représente à elle seule, le quart des exportations de la Finlande. Ce poids lourd de la finance produit 4 % du PIB du pays. La firme est également une locomotive de développement puisqu’elle fait travailler pas moins de 24 000 employés.

Avec ses 60 millions d’euros d’impôts, Nokia procure presque l’intégralité des sources de revenus de la commune de Salo. C’est dans cette région située à une centaine de kilomètres de la capitale que se trouve son usine de production. Sur les 55 000 habitants que compte cette localité, environ 4200 sont des employés du fabricant de téléphonie mobile.

Les années difficiles

Le déclin de Nokia débute en 2010 lorsque la marque à la pomme lance son fameux iPhone qui signe l’âge d’or du tactile et prédit un avenir sombre pour les autres mobiles. Conscients de l’importance de ce nouveau filon, d’autres constructeurs ont également étudié cette technologie pour développer d’autres modèles similaires à l’instar de Samsung. En sa qualité de leader dans ce domaine, Google ne veut pas rester à la queue du peloton et lance à son tour son OS Android destiné aux Smartphones.

Face à cette attaque menée de tous les fronts, les ingénieurs de la marque finlandaise ont mis au point leur contre-offensive en intégrant dans les mobiles Nokia le système d’exploitation Windows Phone. Notons au passage que le PDG de Nokia Stephen Elop a auparavant travaillé pour Microsoft. Cette union sacrée a scellé l’avenir de la marque.

Aussi performante qu’elle soit, cette solution est loin de pouvoir résoudre le retard de la marque dans la fabrication des Smartphones. Le verdict tombe comme un coup de tonnerre, la vente des Smartphones Nokia n’atteint pas l’objectif escompté et le géant de la téléphonie mobile tombe de son piédestal. Cette perte de notoriété est loin d’être sans conséquence. Outre une chute libre de son chiffre d’affaires, Nokia est aussi contraint de licencier des milliers d’employés.

Une plaie ouverte

En 2011, tous les voyants sont au rouge pour Nokia. Au 4e trimestre de cette année, la marque connaît une chute vertigineuse de ses ventes de téléphones mobiles. Selon les statistiques de la firme, cette perte est estimée à 1,2 milliard d’euros pendant les 4 trimestres 2011. Ces chiffres sont alarmants. Le chiffre d’affaires de Nokia continue sa chute progressive malgré les mesures draconiennes prises par ses administrateurs.
Durant cette période difficile, s’ajoutent encore d’autres indicateurs loin d’être favorables au développement de Nokia. Selon l’agence de notation Fitch, la marque devient un placement à risque et perd sa note de BB+ pour être recalée à la catégorie BBB-.

Une solution radicale

Afin d’éviter une lente agonie comme BlackBerry, Nokia n’a pas hésité à adopter une mesure draconienne. Tout dernièrement, la marque signe sa cession à Microsoft pour un montant de 5 milliards d’euros. Nokia va désormais se concentrer sur d’autres secteurs plus porteurs. À l’avenir, le groupe se concentrera sur le segment des technologies avancées, des réseaux et des services dédiés à la localisation. Mais au prix de dégraissages massifs, susceptibles de diluer jusqu'à la faire disparaître l'entité Nokia dans le géant Microsoft.