Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Motorola, poids mort malgré lui au sein de l'empire Google ?



Publié par La Rédaction le 8 Août 2013

Les ambitions de Google sur l'univers des appareils mobiles se sont amplifiées au cours des dernières années. Si le géant de Mountain View et son système Android rivalise depuis longtemps avec Apple sur le segment du logiciel, la compétition va continuer de plus belle sur le versant matériel grâce à son acquisition de Motorola. Mais cette dernière n’est pas aujourd'hui en bonne santé avec des résultats financiers en net recul. Une situation qui suscite des interrogations persistantes chez les observateurs : Motorola est-elle un poids mort au sein de l'empire grandissant de Google ?



Motorola Software Centre, University of Western Australia, Crawley
Motorola Software Centre, University of Western Australia, Crawley
Motorola en recul sur le marché des mobiles

Le géant d'Internet Google enclenche la vitesse supérieure en vue de dominer le marché des appareils mobiles. En mai 2012, le groupe acquiert ainsi le fabricant américain Motorola, alors en grande difficulté. Depuis quelques années en effet, les grands acteurs d'antan sont dépassés au niveau du marché mondial par des firmes montantes comme Samsung ou Apple. Motorola ne déroge pas à cette règle et perd beaucoup du terrain face à ces deux principaux fabricants de smartphones. Il fut pourtant un temps où cette entreprise américaine régnait seule en maître sur le secteur des mobiles, occupant même la première place mondiale.

Google s'oriente vers la fabrication d'appareils avec sa filiale Motorola Mobility

De sa longue domination, Motorola conserve toujours des traces indélébiles, constituées par un éventail de 17 000 brevets, dont les premiers ont été enregistrés dès 1970. Mais avec le temps, le poids du constructeur américain sur l'échiquier devient de moins en moins significatif, et sa situation financière en pâtit largement. Pour Google, l'opportunité est unique pour consolider et élargir ses activités : en faisant l'acquisition de Motorola, il disposera d'une entité à même de fabriquer ses propres appareils. Le géant d'Internet met donc la main sur le constructeur américain de téléphones. Coût de l’opération : 12,9 milliards. Motorola devient Motorola Mobility.

Des plans de restructuration annoncés par Google

Peu après son acquisition, Google explique déjà la suite à donner à sa stratégie afin d'offrir à sa nouvelle filiale toutes les chances de se remettre sur pieds. Tout d'abord, une vaste opération de restructuration est mise en œuvre dès le mois d'août 2012. Motorola Mobility, qui compte alors 20 000 employés, doit supprimer quelque 4 000 postes. La fermeture de près du tiers des 94 représentations mondiales du constructeur est par ailleurs programmée. Ces décisions très difficiles sont pourtant nécessaires pour l'assainissement des finances de Motorala Mobility. Google entend même soutenir les démarches en offrant des indemnités de départ au personnel, pour un total de 275 millions de dollars.

Une nouvelle orientation pour endiguer les pertes

Mis à part la réduction du nombre des salariés, de nouvelles orientations sont fixées quant à la stratégie globale de la nouvelle filiale de Google. En s'appuyant sur les récentes statistiques réalisées par Motorola, le moteur de recherches a décidé en effet de réduire la gamme de produits fabriqués par le constructeur. 27 modèles constituent par exemple le catalogue Motorola en 2012, un nombre jugé trop élevé par la société mère. Seul le développement d'appareils plus rentables et davantage marqués par l'innovation est désormais priorisé, au détriment des terminaux bas de gamme. À travers toutes ces démarches, c'est la réduction des coûts de fonctionnement de Motorola Mobility qui est escomptée. Les chiffres témoignent en effet d'une perte qui s'élève à 233 millions de dollars pour le seul deuxième trimestre 2012. Une situation qui tire directement vers le bas la marge globale de Google, désormais à 26 %, alors qu'elle se situait à 32 %.

Une situation financière toujours difficile, mais Google de plus en plus confiant

En 2013, Google n'en a pas encore fini de remettre de l'ordre au sein de sa filiale Motorola Mobility. Les activités réalisées par celle-ci au cours du quatrième trimestre de l'année précédente se sont encore soldées par un bilan négatif, avec une perte d'exploitation chiffrée à 353 millions de dollars. La firme de Mountain View entreprend ainsi de nouvelles restructurations au sein de sa filiale : près de 1 200 postes vont à nouveau être définitivement supprimés, s'ajoutant à l'arrêt des 4 000 autres déclarés en août. Depuis son acquisition de Motorola Mobility, les comptes de Google sont donc encore loin de s'équilibrer. Pour l'heure, cette filiale n'est pas encore une source de profits pour le géant d'Internet. Toutefois, les responsables de la firme sont optimistes quant à l'avenir. Les nouveaux produits de Motorola Mobility seront plus compétitifs, et ils devront favoriser la reprise lorsqu'ils seront introduits sur le marché.















Articles les plus lus ce mois