Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Le retour des orgues de Staline



Publié par La Rédaction le 27 Février 2013

On le croirait sorti d’un jeu vidéo ou d’un film de science-fiction, mais Multiple Cradle Launcher System (MCLS) est pourtant bien réel et a été présenté pour la première fois au public lors du salon IDEX 2013 d’Abu Dhabi.



Le Multiple Cradle Launcher System (MCLS) en démonstration dynamique lors du salon IDEX 2013
Le Multiple Cradle Launcher System (MCLS) en démonstration dynamique lors du salon IDEX 2013
Le MCLS est de fait le plus imposant système lance-roquettes multiples, avec pas moins de 240 roquettes de 122 mm prêtes au tir, réparties sur quatre lanceurs indépendants Aselsan de 60 roquettes chacun. Ce système est aujourd’hui produit et commercialisé par Jobaria Defense Systems (JDS), une compagnie récemment créée au sein du groupe émirati Tawazun. Le développement de ce système a été réalisé depuis 2008 par la société Al Jaber Land Systems des EAU, en collaboration avec la société turque Roketsan.

Ce système est susceptible d’envoyer en une seule salve, de 120 secondes environ, 240 roquettes non guidées, jusqu’à une distance de 40 km selon les modèles de roquettes. Bien qu’il existe des roquettes de 122 mm guidées (la roquette WS-22 SPMRL chinoise entre autres) cet armement a manifestement vocation à devenir un nouveau standard dans la catégorie saturation de zone. Sachant qu’une seule roquette HE standard neutralise une zone d’approximativement 2500 m2, une salve complète est théoriquement en mesure de traiter 60 ha. Même si la mode des frappes dites « chirurgicales » est un peu passée, on s’interroge sur la pertinence d’un tel volume de feu, avec le souci très actuel des dommages collatéraux. Avec un véhicule porteur de plus de 100 tonnes, donc très difficilement aérotransportable, peu maniable et vulnérable sur bien des théâtres, on se demande s’il y a véritablement une finalité opérationnelle derrière ce type de matériel. D’autant plus que la portée de 40 km, équivalente à celle d’un système d’artillerie classique type CAESAR, infiniment plus pratique, limite son utilité comparée. On pourrait être tenté de voir dans ce système une simple arme de prestige, plus que d’efficience militaire, à l’instar de chefs de guerre afghans qui exhibent un lanceur Scud-B dans leur arsenal, tout en sachant pertinemment qu’il est hors d’usage. Une forme de dissuasion conventionnelle pour pays pauvres (bien que le prix de l'engin soit certainement très élevé) ?
 
Pourtant, un tel système d’armes, utilisé par exemple en batteries de quatre engins, saturerait très rapidement les systèmes de défense C-RAM les plus évolués. On peut songer au système Iron Dome israélien, spécifiquement conçu pour contrer la prolifique famille des roquettes de 122 mm, mais aussi au système Sky Shield de Rheinmetall, ou encore au CIWS Phalanx. Tous ces systèmes ont été conçus pour s’opposer prioritairement aux armes de combattants irréguliers, disposant d’un faible volume de feu. Le développement exponentiel de l’artillerie chinoise, très friande de lance-roquettes multiples, est là pour nous rappeler que le concept de saturation n’est peut être pas une relique de la guerre froide.