Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Le pôle immobilier d’Artemis poursuit sa consolidation 2.0



Publié par La Rédaction le 6 Novembre 2015

En juillet 2015, CapiFrance annonçait le lancement d’un nouveau logiciel métier Iboost. Un an auparavant, OptimHome faisait de même avec E-TheOne. Entre temps, fin 2014, Artémis, la holding détenue par la famille Pinault, maison-mère d’OptimHome et CapiFrance, annonçait l’acquisition du site d’estimation immobilière en ligne Drimki. Ce rachat témoigne de la volonté du pôle immobilier d’Artemis de capitaliser sur son avantage technologique dans le monde de l’immobilier. En effet, cet outil permettra des synergies positives avec CapiFrance et OptimHome, les réseaux immobiliers sans agence qui ont rejoint le groupe en 2011. La famille Pinault semble croire au modèle de l’agence immobilière 2.0. Pour en faire le modèle du XXIe siècle ?



(CC Public Domain)
(CC Public Domain)
Une synergie de la qualité

Il y a quatre ans, la holding a créé la surprise en rachetant les sociétés d’agents mandataires CapiFrance et OptimHome. Ces réseaux proposent un modèle 100 % en ligne, soutenu par un maillage dense de ses agents sur le terrain. Ceux-ci travaillent depuis chez eux et non au sein d’une agence physique, ce qui permet d’économiser des coûts fixes. Le montant correspondant est investi dans une politique d’innovation destinée à enrichir la vitrine en ligne. Les deux réseaux ont fait alors de leur stratégie digitale un atout concurrentiel pour devenir des acteurs atypiques mais non moins performants du marché de l’immobilier. Ces solides atouts sont des gages sérieux pour Artemis, qui compte des filiales du domaine du luxe comme le vignoble de Château Latour, Kering (anciennement PPR) ou la maison de vente aux enchères Christie’s. En accueillant OptimHome et CapiFrance, Artemis s’est engagé aux côtés d’acteurs dotés d’un fort potentiel sur le marché de l’immobilier.

« Notre actionnaire Artemis non seulement s’intéresse au métier, mais participe de manière active au développement de l’entreprise, en nous accompagnant sur le plan financier mais aussi sur le plan des choix stratégiques » précise Jacques Daboudet, le PDG de CapiFrance. De plus, « nous profitons des savoir-faire d’un des premiers groupes d’investisseurs de la place de Paris en termes de développement des marques, de sens du service, de qualité des prestations et de goût du travail bien fait. Cela n’est certainement pas étranger à la forte implication d’Artemis dans l’univers du luxe. Bien que nous ne fassions pas le même métier, notre philosophie nous porte à agir selon les mêmes valeurs, et avec la même exigence de qualité » ajoute ce dernier. Une vision de la qualité qui repose également sur des acquisitions technologiques.

Un atout technologique

Fondé en 2008, Drimki est le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne. Il regroupe des services digitaux performants à destination des vendeurs et acquéreurs en immobilier. Affichant 50 000 demandes d’estimation en ligne gratuite tous les mois, Drimki a développé des outils permettant aux particuliers de connaître la valeur d’un bien immobilier en ligne. Ce procédé est gratuit, sans engagement et prend moins de deux minutes. Il se base sur les données des agences immobilières, des notaires, de l’INSEE et du cadastre et offre également la possibilité d'évaluer la demande pour un appartement. Les particuliers (acheteurs ou vendeurs) peuvent par la suite demander à être mis en relation avec un professionnel. Ce service est très prisé par les internautes qui sollicitent de plus en plus l’accompagnement de ces agents immobiliers 2.0. Il semble donc tout destiné à CapiFrance et OptimHome, sociétés qu’Artemis a reprises en 2011.

En rachetant Drimki, Artemis permet à ses deux réseaux de bénéficier de nouvelles opportunités de croissance, croissance d’ailleurs constante depuis la création des deux réseaux de mandataires. En capitalisant sur la technologie et le savoir-faire des équipes de Drimki, Artemis entend continuer de développer de nouveaux outils d’aide à la vente pour les conseillers immobiliers de ses filiales. Le but est d’offrir des services 2.0 à forte valeur ajoutée aux Français et d’améliorer l’expérience client à chaque occasion. Les conseillers immobiliers pourront par exemple renforcer leurs relations clients grâce à la détection très en amont de prospects vendeurs qui souhaitent être accompagnés par un professionnel. Le rachat de Drimki contribue à la montée en puissance et en compétence des deux réseaux en ligne. « C'est un outil différenciant qui permet de valoriser le dossier de nos agents face à la concurrence et aussi un atout qui peut attirer vers nous de nouveaux agents commerciaux » explique Alban Greget, directeur des investissements chez Artemis. Du côté de Drimki, l’apport est également grand. En effet, ce dernier générait au plus 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par an et ne disposait que d'un petit réseau de commercialisation. Son rachat ouvre de nouveaux horizons aux réseaux de mandataires, et permet également à Artemis de disposer d’un poids supplémentaire pour la diffusion de son business model. Car Artemis compte bien se faire le porte-voix d’un business model qui pourrait être celui des agences immobilières de demain.

Le modèle d’avenir ?

« Nous sommes convaincus de la pertinence de ce modèle et de son potentiel de développement, à une époque où 90 % des clients acquéreurs utilisent Internet comme outil de recherche », commentait déjà en 2011 Alban Gréget. En effet, ce modèle répond aux besoins de clients toujours plus exigeants et mobiles qui les plébiscitent à la fois la souplesse et un accompagnement sur le marché de l’immobilier. Le rachat de Drimki adoube ainsi le modèle du réseau immobilier 2.0, auquel la holding fait confiance. Elle compte sur lui pour continuer de s’imposer sur le marché. « Plus que jamais, nous sommes convaincus que l’avenir de notre métier repose à la fois sur la proximité de nos agents de terrain avec leurs clients, et sur notre capacité à utiliser au mieux les outils numériques pour renforcer notre valeur ajoutée. C’est pourquoi l’acquisition de Drimki s’est imposée comme une évidence » confient Jacques Daboudet et Olivier Colcombet, dirigeants de CapiFrance et d’OptimHome.

Artemis, attend une progression de 10 % des ventes grâce à ce nouvel outil. La stratégie de consolidation du pôle immobilier semble bien lancée pour la holding de la famille Pinault qui possède également le courtier en crédits immobiliers La Centrale de Financement et Immobilier-Neuf.com, spécialiste de la commercialisation de programmes immobiliers neufs en France. L’avenir d’Artémis semble résolument tourné vers le numérique. 















Articles les plus lus ce mois