Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Le L-CAT, symbole de la dualité des opérations amphibies, humanitaire et militaire



Publié par La Rédaction le 28 Juin 2013

L’évocation des opérations amphibie renvoie inlassablement dans l’imaginaire collectif aux grandes opérations militaires de la seconde guerre mondiale. Pourtant, bien d’autres opérations amphibies, certes de moindre envergure, ont été menées depuis lors, de la baie d’Incheon en 1950 aux opérations en Libye en 2011. Mais au-delà d’opérations militaires ponctuelles aux finalités essentiellement tactiques, les opérations amphibies ont aussi prouvé leur utilité dans le domaine humanitaire, deux domaines dans lesquels la France dispose désormais d’une certaine avance technique.



Le L-CAT, symbole de la dualité des opérations amphibies, humanitaire et militaire

Les caractéristiques d’une opération amphibie

Une opération amphibie à vocation humanitaire n’est pas forcément très différente d’une opération amphibie militaire, ou débarquement de vive force. Dans les deux cas il s’agit de débarquer des hommes et du matériel en un point donné d’un littoral, généralement non préparé, dans des délais contraints. Dans les opérations militaires, les délais sont contraints par les risques d’une exposition prolongée de ses forces à la riposte ennemie, sur une zone découverte. Lors d’une opération humanitaire, les délais sont contraints par l’urgence d’une situation critique. Dans les deux cas, il faut des matériels spécifiques, aptes à évoluer en eaux peu profondes, mais surtout aptes à charger et à décharger matériels et personnels en dehors de toute infrastructure portuaire. Dans le cas des opérations militaires, il n’est pas imaginable de débarquer dans un port sans perdre tout effet de surprise. Les ports ne servent qu’au débarquement de la logistique en deuxième échelon.

Dans certains pays ayant donné lieu à des interventions humanitaires, ces infrastructures n’existent tout simplement pas ou sont très limitées, comme en Somalie dans les années 1990. Elles peuvent aussi avoir été détruites ou endommagées par des catastrophes naturelles, comme dans le cas d’Haïti après le tremblement de terre de 2010. Dans l’hypothèse d’une catastrophe comme celle d’Haïti, il faut aussi prendre en considération que la majeure partie des infrastructures routières dans la zone concernée ont été rendues impraticables. L’utilisation du littoral pour dépêcher secours, vivres et médicaments devient rapidement la seule voie possible. Pour cet usage humanitaire, la société française CNIM a développé sur fonds propres depuis 2003 un matériel particulièrement adapté et performant. Choisi par la Marine Nationale sous le nom d’Engin de Débarquement Amphibie Rapide (EDA-R), le Landing Catamaran, ou L-CAT, représente à l’heure actuelle l’une des réponses les plus adaptées à la problématique amphibie, qu’il s’agisse des opérations militaires ou humanitaires.

Le L-CAT, concentré d’innovations

Le L-CAT est une idée partie des limites des concepts traditionnels des engins de débarquements, concepts directement issus des principes hérités de la seconde guerre mondiale. Le L-CAT se présente comme un renouveau de cette vision de l’amphibie. Il s’agit d’un catamaran à coque aluminium développé par CNIM et dont le premier prototype a été construit par les chantiers navals Gamelin. En guise de démonstration, ce premier L-CAT a rejoint par ses propres moyens le port militaire de Toulon pour y être étudié par la DGA. Il a prouvé à cette occasion sa très grande autonomie : plus de 1000  miles nautiques à 15 nœuds. Cette autonomie, caractéristique inédite dans cette catégorie de bâtiments permet d’envisager un usage autonome du L-CAT, en dehors de la supervision d’un bateau-mère type TCD ou BPC, pour lesquels il est conçu dans le cadre de l’amphibie militaire. Le L-CAT dispose d’une plateforme centrale mobile qui se baisse pour les opérations de chargement/déchargement en mode Ro/Ro, et se lève lors des phases de transit en pleine mer. Cette caractéristique unique permet au L-CAT de se comporter comme une barge à fond plat lorsque la plateforme est en position basse, formule idéale pour les opérations de beaching. Mais elle lui permet aussi de bénéficier de sa conception en tant que catamaran en pleine mer. Il affiche ainsi des vitesses de croisière élevées, même par mer formée, de l’ordre de 20 nœuds à pleine charge (environ 80 tonnes sur une la plateforme en position surélevée). En position basse, la plateforme permet aussi le transit de plus de 110 tonnes de matériels d’un point du littoral à un autre.

Plébiscité par la Marine Nationale pour sa souplesse d’emploi, ses coûts d’achat et d’entretien maitrisés et son efficacité comme plateforme de transbordement maritime en toutes conditions, le L-CAT est une indéniable réussite technique française, qui a même su impressionner les Marines américains lors de l’exercice Bold Alligator 2012. Polyvalent et performant, il représente de plus l’outil idéal pour la gestion des crises humanitaires, pour autant qu’elle se déroule à proximité des côtes. Maillon indispensable de la chaine des opérations amphibies de tous types, l’engin ne devrait pas avoir de difficultés à se faire un nom dans le monde restreint des réalisations navales innovantes.















Articles les plus lus ce mois