Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

La débâcle du Boeing 787 Dreamliner



Publié par La Rédaction le 4 Mars 2013

Le début de l'année 2013 n'a pas été de tout repos pour l'avionneur américain Boeing. Après une succession d'incidents sur le Boeing Dreamliner 787, les autorités américaines, chiliennes, japonaises, indiennes et européennes ont cloué au sol le dernier fleuron de ce poids lourd de l'industrie aéronautique. Des questions se posent quant à la source de ces incidents répétitifs, une débâcle qui contraint Boeing à faire grise mine.



La débâcle du Boeing 787 Dreamliner
Les autorités américaines sautent le pas

La situation est historique : partout dans le monde, le dernier fleuron de Boeing, le Dreamliner 787, est dans l'obligation de s'immobiliser sur le tarmac. À l'origine de cette décision contraignante, les autorités en charge de la sécurité aérienne des États-Unis, qui à elles seules disposent de la compétence d'autoriser ou non la mise en service des avions produits par le constructeur américain. Dans l'histoire de l'industrie aéronautique, les États-Unis ont une seule fois appliqué une telle mesure pour les DC-10 du constructeur McDonnell Douglas, il y a de cela une trentaine d'années. Au début de l'année 2013, le Boeing 787 Dreamliner fait également l'objet de la décision, une sanction appliquée pour la seconde fois seulement dans l'histoire. Comme pour conforter cette mesure, les autorités du Japon, de l'Inde, du Chili et de l'Europe ont confirmé l'interdiction du décollage du Dreamliner.

Une succession d'incidents alarmants

À ce jour, une cinquantaine de Boeing 787 Dreamliner a été livrée aux compagnies aériennes du monde entier. Véritable succès commercial pour le constructeur américain, ce long-courrier de dernière génération présenté en 2004 lui permet de consigner dans son carnet de commandes pas moins de 850 appareils à livrer au cours des prochaines années. Mais divers incidents apparaissent en ce début de l'année 2013, avec de fortes répercussions sur la fiabilité de l'appareil. Le 7 janvier à Boston, aux États-Unis, un départ d'incendie lié à son fonctionnement électrique endommage un Dreamliner de la compagnie Japan Airlines. Dans les jours qui suivent, ce transporteur japonais fait part de nouveaux incidents sur le même type d'avion : fuite de carburant, problèmes de freinage, pare-brise fissuré et écoulement d'huile obligent la compagnie à annuler les décollages de ses long-courriers. Autre souci récurrent pour le Dreamliner : une batterie au lithium-ion qui, par deux fois chez All Nippon Airways et Japan Airlines, dégage de la fumée ainsi qu'une odeur assimilable à celle des électrolytes inflammables.

Des commissions d'investigation à pied d'œuvre

Ces nombreux incidents qui se succèdent sur le Boeing 787 Dreamliner ont forcément entrainé l'ouverture d'une enquête diligentée par les autorités américaines et japonaises. Pointés du doigt, la batterie au lithium-ion et son mystérieux dysfonctionnement sont au centre d'une enquête approfondie. Le Bureau de la sécurité des transports des États-Unis en partenariat avec des experts du Bureau japonais de l'aviation civile et de la Commission de sûreté de Takamatsu ont alors concentré leur recherche au niveau de GS Yuasa et de Thales. Si la première est l'entreprise nippone qui fabrique la batterie, la seconde est une société tricolore qui assemble le système électrique dans lequel la batterie est intégrée. Fragilisée par cette investigation inattendue, la société Thales a même connu un recul symbolique de son titre boursier durant le mois de janvier. Et au moment où l'enquête suit encore son cours, des voix s'élèvent déjà pour critiquer le mode de fonctionnement de Boeing qui sous-traite une grande partie des travaux pour la construction du Dreamliner.

La sous-traitance remise en cause ?

La série noire qui touche le Dreamliner n'ayant pas encore trouvé son explication avérée, certains trouvent à redire notamment sur le système de sous-traitance mis en place par Boeing. Car pour la fabrication de ce long-courrier réputé pour être plus économique et disposant d'un rayon d'action élevé par rapport aux Airbus A380 et Boeing 777, le constructeur américain délègue jusqu'à 70 % de la tâche à titre de production externalisée. Rien que pour l'Hexagone, Boeing coopère avec Michelin, Dassault Systèmes, Metrologic Group, Latécoère et Thales entre autres pour construire le Dreamliner. Airbus quant à lui ne confie à ses partenaires « que » 30 % du programme de construction de son A380. Ce constat n'a peut-être rien à voir avec les récents déboires du Dreamliner, mais cette différence entre les processus de production d'Airbus et de Boeing réveille les opinions de certains observateurs. Quoi qu'il en soit, le sort du Boeing 787 Dreamliner dépend de l'issue de l'enquête conjointe des autorités américano-japonaises. Aucune des commandes du Dreamliner auprès du constructeur américain n'a pour le moment encore été annulée, les compagnies aériennes attestent porter toute leur confiance à ce fleuron de Boeing et considèrent cette débâcle comme temporaire.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Avril 2017 - 08:00 Michelin ou la forme du bibendum