Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

La Syrie et les bombes



Publié par La Rédaction le 18 Février 2013

Bien que largement occulté par l’intervention française au Mali, le conflit syrien continue d’égrener sa longue liste d’atrocités commises par les deux camps, sans que l’on sache, la plupart du temps, qui est vraiment responsable de quoi. Il est par contre un domaine dans lequel la responsabilité du pouvoir syrien ne fait aucun doute, c’est celui de l’emploi d’armes que bien d’autres pays se refusent désormais à posséder, produire ou simplement stocker : les bombes à sous-munitions.



Bombes russes FAB, OFAB et RBK.
Bombes russes FAB, OFAB et RBK.
Une fois encore, prenons garde aux amalgames : les diverses sources en provenance de Syrie mélangent allégrement bombes à fragmentation et bombes à sous-munitions. Pour celui qui reçoit la bombe, dans l’emploi est exclusivement aérien, cela ne fait pas une grande différence. Mais pour les populations qui vivent dans les zones de combat, la distinction est très importante. Bien que la Syrie n’ait pas ratifié la Convention d’interdiction des armes à sous-munitions, l’usage de ce type d’armes est fortement dénoncé du fait des souffrances inutiles infligées aux populations civiles sur le long terme.

Un rapport d’information du Sénat (Rapport d'information n° 118 2006-2007 de M. Jean-Pierre Plancade et Mme Joëlle Garriaud-Maylam) donne une définition des armes à sous-munitions, aussi appelées munition à dispersion : « conteneur conçu pour disperser ou éjecter des sous-munitions multiples ». La sous-munition est définie elle comme « toute munition qui, pour remplir sa fonction, se sépare d'une munition mère, ce qui recouvre toutes les munitions ou charges explosives conçues pour exploser à un moment donné après avoir été lancées ou éjectées d'une munition à dispersion mère. […] On parle également, à propos des armes à sous-munitions, de munitions en grappes (cluster bombs en anglais) ». Une bombe à fragmentation est une munition dont le but est de produire un maximum d’éclats (le plus généralement issus de l’enveloppe métallique, le corps de la bombe) à partir de l’explosion d’une charge unitaire. La grande différence entre ces deux types de bombes est que la bombe à fragmentation, si elle fonctionne correctement, ne laisse aucune pollution ni aucun résidu explosif sur le terrain. Les bombes à sous-munitions, qui peuvent libérer de plusieurs centaines à plusieurs milliers de sous-munitions, en laissent forcément un certain nombre de non-explosés sur le champ de bataille. Les producteurs d’armes à sous-munitions estiment que 10% en moyenne des sous-munitions n’explosent pas à l’impact (elles passent alors dans la catégorie des Unexploded Ordnance ou UXO). Suite à un conflit dans le quel ce type d’armes est massivement employé, cela fait parfois des dizaines de milliers de sous-munitions à trouver et à neutraliser. Ce fut le cas au Sud-Liban après l’offensive israélienne de 2006.
 
Selon les ONG responsables de l’analyse de l’arsenal syrien employé dans le cadre de ce conflit, les bombes à sous-munitions ont pour la première fois été employées en juillet 2012. C’est à partir de cette époque que l’aviation syrienne a commencé à être utilisée massivement contre les positions insurgés, avec recours à la fois à des bombes à fragmentation et des bombes à sous-munitions. Elles sont généralement larguées par les Mig-23 ou par les Albatros L-39, mais parfois aussi par des hélicoptères pour les plus légères d’entre elles. En l’occurrence, la Syrie utilise des bombes à fragmentation OFAB 250-270 et OFAB 100-120 et des bombes à sous-munitions RBK 250, contenant chacune 147 sous-munitions à fragmentation AO-1 SCh. Chacune de ces sous-munitions de 1,3 kg contient 40g d’un mélange Amatol/TNT et peut couvrir une zone d’environ 150 m2. Chaque bombe RBK 250 est par conséquent en mesure de « traiter », et donc de polluer, une zone d’environ 4800 m2.
 
D'après les résidus trouvés sur le terrain, l’armée de l’air syrienne utiliserait également des bombes ZAB 100-105 à sous-munitions incendiaires, des bombes à effets de souffle Fuel Air Explosive ODAB 500-PMV et des bombes anti-bunkers BETAB 500. Toutes ces bombes sont d’origine russe.
 















Articles les plus lus ce mois