Enderi
RSS
Twitter
Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

La Marine américaine inquiète du renforcement des capacités militaires chinoises en Mer de Chine du Sud



Publié par Pierre-Marie Meunier le 24 Février 2016

Le 23 février 2016, jour de l’arrivé à Washington du ministre des affaires étrangères chinois Wang Yi, l’amiral Harry Harris, en charge du commandement pour la zone Pacifique (PACOM), a fait part au Congrès américain de ses vives inquiétudes concernant le renforcement des capacités militaires chinoises en Mer de Chine du Sud.



The Chinese Luyang II-class guided missile destroyer Jinan (DDG 152) Credit: US Navy
The Chinese Luyang II-class guided missile destroyer Jinan (DDG 152) Credit: US Navy
La visite du ministre chinois des affaires étrangères tombe très à propos, puisque ce dernier vient justement pour convaincre les Etats-Unis de renoncer au déploiement des systèmes anti-missiles Terminal High-Altitude Air Defense (THAAD) en Corée du Sud. Wang Yi espère aussi rassurer les Etats-Unis sur  intentions de la Chine en Mer de Chine du Sud. La tâche s’annonce ardue.

Politique du fait accompli

Les revendications chinoises sur plusieurs îles en Mer de Chine du Sud ne sont ni nouvelles ni même récentes. Plaçant la plupart des pays concernés devant le fait accompli, la Chine s’est emparé militairement de plusieurs îlots de cette partie de l’Asie. Depuis, elle renforce de manière considérable les installations sur place  : pistes d’aviations, ports en eaux profondes, radars de veille, systèmes de communication, hangars et casernes… Les motivations de cette implantation de la Chine sont multiples, mais officiellement, la Chine  explique qu’il s’agit d’infrastructures civiles, destinées à assurer la surveillance des zones de pêche et des couloirs de navigation, tout en disposant au besoin de capacités pour mener des opérations de secours maritime dans la région. A noter que c'est le Ministère de la défense chinois qui apporte ces précisions, invoquant dans le même communiqué son droit à la légitime défense.

Or Washington semble clairement se demander en quoi des infrastructures prétendument "civiles" participent à la légitime défense de la Chine. Selon l’Amiral Harris, le nombre, la nature et la taille des infrastructures nouvellement créées sont incompatibles avec la version officielle avancée par Pékin. Pour le commandant de la région Pacifique, il ne fait aucun doute qu’il s’agit de bases militaires avancées, destinées à fournir une allonge supplémentaire à la marine chinoise. Il s’agit pour la Chine de s’assurer le contrôle voire l’exclusivité des opérations civiles et militaires en Mer de Chine du Sud, sachant que Pékin n’a jamais réellement caché sa volonté d’exercer sa souveraine sur cette zone, qu'elle considère comme son territoire. Mais la politique du fait accompli est une nouveauté qui inquiète, de la part d’un pays qui avance d’ordinaire ses pions de façon plus subtile.

Des armements qui inquiètent les Etats-Unis

Si la Chine se permet des formes d’Impérialisme en Mer de Chine, c’est probablement en raison aussi de capacités militaires en évolution rapide. Compte tenu des armements dont elle dispose, la Chine est désormais encline à croire que le rapport de force tourne à son avantage, au moins à proximité de ses bases. Et c’est bien là l’autre sujet d’inquiétudes de l’amiral Harris. Sur un plan quali-quantitatif des armements, il est fréquent que les hauts responsables militaires surestiment l’adversaire pour obtenir des rallonges budgétaires. Dans le cas présent, les demandes de l’amiral Harris semblent faire écho à des inquiétudes plus légitimes. Celui-ci indique en effet que sur les 200 sous-marins observés recensés dans la partie asiatique du Pacifique, 150 appartiennent au trio Russie-Chine-Corée du Nord, toutes trois puissances maritimes hostiles à la présence Américaine de ce côté de l’océan. Concernant la seule Chine, outre la mise sur pieds de forces aéronavales, Pékin est en train de finaliser la construction d’une tête de classe de croiseurs lance-missiles : les destroyers Type 055. Selon la revue IHS Jane’s (*), les Etats-Unis considèrent également avec le plus grand sérieux la menace représentée par les missiles balistiques de portée intermédiaire de type DF-26 de 4000 km de portée, et dont le rôle est clairement la destruction de porte-avions à longue distance.

Pour faire face à cette menace, l’Amiral Harris demande que soit désormais développé et mis en service de préférence des bâtiments fortement dotés en armements à longue portée et en capacités anti-missiles. Il faut croire que l’argument a porté (ou est admis depuis un certain temps) puisque le secrétaire d’Etat à la défense américaine, Ashton Carter, a dévoilé une planification budgétaire pour l’année fiscale 2017 faisant la part belle aux développements de nouvelle capacités antinavires, pour les missiles SM-6 et Tomahawk notamment.

Bien que les affirmations de l’amiral risquent de froisser sérieusement Pékin, qui se refuse à seulement évoquer ses tentations hégémoniques en Mer de Chine du Sud, l’affaire est prise très au sérieux à Washington. Outre les alliances militaires avec le Japon et la Corée du Sud, les Etats-Unis n’ont pas l’intention de laisser une mer par où transite une large partie des échanges mondiaux devenir l’arrière-cour de la Chine.

(*) https://janes.ihs.com/Janes/Display/1763694
DF-26 lors d'un défilé à Pékin en 2015 (Creative Commons)
DF-26 lors d'un défilé à Pékin en 2015 (Creative Commons)





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 10:05 Les avions américains planent sur l'Europe