Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

La France et la voiture électrique : le marché est-il mûr ?



Publié par La Rédaction le 19 Novembre 2013

En France, la voiture électrique reste encore peu développée. Pour l'heure le marché de niche n'a pas encore atteint sa maturité et poursuit sa progression. Cependant, la vente de ces véhicules nouvelle génération devrait décoller d'ici quelques années.



Bolloré Bluecars en recharge sur une station d'autopartage, rue du Quatre Septembre à Paris.
Bolloré Bluecars en recharge sur une station d'autopartage, rue du Quatre Septembre à Paris.
Voiture électrique : le marché en France

Si le marché du véhicule électrique poursuit son avancée en Europe, en France les voitures électriques affichent de bons résultats en termes de vente. En effet, 25 000 véhicules électriques circulent actuellement sur le territoire français, avec près de 1 400 voitures vendues pour Citroën et Peugeot sur la période juin - août de l'année précédente. D'abord dédiées aux entreprises, ces véhicules nouvelle génération sont désormais proposés aux particuliers. D'ailleurs, les constructeurs espèrent écouler environ 400 000 véhicules fonctionnant à l'électricité d'ici 2020, ce qui semble être un pari assez audacieux.

Depuis le début de l'année 2013, le prix des voitures électriques affiche une baisse drastique. La iOn de Peugeot est désormais disponible au tiers de son prix de lancement, les primes d'État incluses. Ces prix abordables sont justifiés par la liquidation des stocks au niveau des principaux constructeurs auto. Au risque d'avoir trop de véhicules invendus, les prix sont bradés laissant ainsi à une clientèle plus large, notamment au niveau des particuliers, d'accéder à ce type de véhicule. Malgré des prix raisonnables, le marché peine à décoller en raison de l'autonomie des véhicules trop peu importante. Le temps de rechargement trop long laisse également les acheteurs potentiels perplexes. Mais certaines innovations pourraient bien contribuer à l'envol du marché.

Multiplication des infrastructures

Ces voitures du XXIe siècle constituent une solution avantageuse aussi bien au niveau de l'environnement que de l'économie. En effet, une voiture électrique n'émet pas de CO2 et s'avère être très silencieuse à côté d'un véhicule thermique. Toutefois, des innovations sont encore requises pour permettre au marché de connaître l'essor escompté. Au niveau de l'autonomie, la moyenne actuelle est de 150 km. Elle varie cependant en fonction du type de trajet, du mode de conduite ainsi que des accessoires utilisés. Au niveau de la durée de recharge, celle-ci est passée de 12 h à 3 h avec une fréquence de rechargement de 1,3 jour. Il convient également de noter que les infrastructures de recharge se sont multipliées grâce à Schneider Electric.

L'expert mondial de la gestion d'énergie a su profiter de l'opportunité que lui procure l'arrivée des voitures électriques en France. L'augmentation du nombre d'infrastructures dédiées à la recharge des voitures électriques sera parallèle au nombre de véhicules électriques. S'adressant aux particuliers, Schneider Electric lance des systèmes de recharge proposés à la clientèle des principaux constructeurs de voitures électriques. Accessibles techniquement et financièrement, ces dispositifs permettront de recharger les batteries des véhicules depuis les garages résidentiels, les parkings d’immeubles, les parkings d’entreprises, les parkings de centres commerciaux ouverts, les parkings payants couverts ou les stationnements en voirie. Ces chargeurs comme le Wall Box et le Evlink Station autorisent une charge rapide. L'objectif serait d'installer 75 000 bornes en voirie en 2015 et 400 000 en 2020.

Les VE disponibles en France

En 2012, Bolloré s'est classé numéro un des ventes de voitures électriques avec plus de 1 500 véhicules vendus. La vente de voitures électriques aux particuliers permet effectivement de répondre aux besoins très spécifiques de ces derniers, qui ne parcourent que 34 km/jour en moyenne. La voiture électrique permet également de diminuer la facture énergétique de 900 euros, comparé à une voiture classique. Pour les particuliers, les véhicules électriques représentent donc un investissement judicieux, sans compter l'impact écologique de ce type de voiture. Heuliez avec sa branche  Mia Electric envisage quant à lui d'écouler près de 500 Mia quatre places auprès des services de l'État, durant les trois prochaines années. C'est l'Ugap qui a sélectionné Mia en début d'année afin de fournir des véhicules électriques aux collectivités locales.

Pour sa part, Aixam/ Mega propose une gamme de véhicules utilitaires légers électriques. Le Mega e-Worker est adapté aux livraisons dans les centres-villes. L'évolution que connaissent les voitures électriques à l'heure actuelle contribue aussi à l’élaboration des Smart Cities, qui font déjà l'objet de plusieurs expériences en France. En effet, en se rapprochant d’acteurs comme Orange ou Schneider Electric, les constructeurs automobiles conçoivent des voitures intelligentes qui réinventent de nombreux usages. Schneider Electric met d'ailleurs à la disposition des entreprises une plateforme baptisée Big Data, leur permettant d'optimiser l'usage de leur flotte électrique. Big Data autorise entre autres la surveillance à distance des stations de recharge ainsi que leur contrôle à distance.















Articles les plus lus ce mois