Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

LIBRIS, le génie au travail



Publié par La Rédaction le 10 Février 2013

Avec le LIBRIS, système de travures pour le franchissement de coupures sèches ou humides, la société française Deschamps propose un produit innovant, polyvalent et particulièrement adapté pour la projection.



Le système LIBRIS de Dechamps sur un camion KERAX 8x8 de RTD (source : Deschamps)
Le système LIBRIS de Dechamps sur un camion KERAX 8x8 de RTD (source : Deschamps)
Imaginons un scénario fictif de la guerre au Mali : durant leur retraite, les milices djihadistes parviennent à faire sauter les ponts sur le fleuve Niger, bloquant ainsi la progression vers le Nord. Faute de matériel de franchissement adapté, l’offensive est stoppée, laissant le temps à nos ennemis de se réorganiser, de consolider leurs positions par valorisation du terrain (obstacles, mines ou IEDs) ou de retraiter en bon ordre vers le Nord, sans que nous puissions véritablement intervenir : aurions-nous pris le risque d’opérations aéroportées sans un rapide soutien blindé par voie terrestre ? La question reste ouverte. Quelques kilos d’explosifs bien placés et voilà l’armée française contrainte de se dérouter vers d’autres points de franchissement ou de réquisitionner des bacs civils. Dans tous les cas, une énorme perte de temps, contradictoire avec la logique de campagnes éclair sur des Time-SensitiveTargets.
 
La réalité des actions terrestres fut autre et heureusement, car la question du franchissement amphibie autonome de nos véhicules a déjà été évacuée des débats : Les AMX-10 RCR ne flottent pas, pas plus que les VBCI. Les VAB non revalorisés ont conservé cette capacité, de même que les Sagaie, mais compte tenu de l’âge de ces véhicules et de la date des derniers tests, on peut douter de l’empressement des équipages à essayer une telle manœuvre. Le renoncement à cette capacité sur les véhicules modernes s’explique par la focalisation sur le blindage et la protection des personnels embarqués. Même les nouveaux blindages composites (céramiques par exemple) ne parviennent pas encore à conjuguer poids réduit et protection améliorée.
Pour contrer ces limitations techniques des véhicules, le génie possède des moyens de franchissement performants : le tout nouveau SPRAT (Système de Pose RApide de Travure), le PFM (Pont Flottant Motorisé), le MLF (Moyen Léger de Franchissement), le PAA (Pont Automoteur d’Accompagnement) et l’EFA (Engin de franchissement de l’Avant). Mais ces véhicules sont déployés pour l’immense majorité en métropole, et les délais de leur acheminement au Mali et sur la zone d’opérations sont incompatibles avec le temps de la manœuvre. A l’exception du MLF (qui compte quand même un grand nombre d’éléments), aucun de ces matériels n’est aérotransportable, à part en C-17, An-70, Il-76 ou C-5, bref par des avions que nous n’avons pas, hors prêt exceptionnel. Sauf à pré-positionner des matériels sur les théâtres, il est à craindre que les spécialistes français du franchissement ne partent pas souvent sur leur matériel organique.
 
La société Deschamps, entreprise française, propose une solution originale à ce problème via le LIBRIS (Light Integrated BRIdging System), présenté en démonstration dynamique pour la première fois lors du salon Eurosatory 2010. Ce système se compose d’un élément principal, à savoir une travure de 10 mètres de classe 40 tonnes (pour le franchissement de coupure sèche) à laquelle on peut ajouter un système gonflable motorisé de flottabilité (pour le franchissement de coupures humides, en tant que bac de classe 40 tonnes également). Plusieurs bacs peuvent être assemblés pour constituer un pont autonome. L’originalité et la plus-value résident dans son encombrement réduit et sa facilité de mise en œuvre : le système de travure est disposé sur une palette pouvant être prise en charge par n’importe quel camion logistique (du VTL au Kerax de RTD) et tient dans un KC20 (ou container EVP). Un système complet, travure et radeau porteur, tient dans deux KC20, aérotransportables en A-400M avec un poids total inférieur à 28 tonnes. Le déploiement d’un travure seule prend 10 minutes, l’assemblage de la version bac en prend 45. On imagine très bien ce type de matériel comme moyen de franchissement pré-positionné sur les théâtres, grâce à son stockage en KC20 et à sa facilité de déploiement sur longue distance par la route.
 
Le génie est une arme très consommatrice de matériels spécialisés et souvent coûteux, du fait des petites quantités utilisées. A l’heure où de moins en moins de véhicules sont amphibies, il pourrait trouver rapidement avantage à ce type de systèmes polyvalents et souples d’emploi, en raison de leur capacité accrue de projection.
 

Les différents moyens de franchissement du génie en dotation (source : defense.gouv.fr)
Les différents moyens de franchissement du génie en dotation (source : defense.gouv.fr)