Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

L’industrie française est-elle morte ?



Publié par La Rédaction le 29 Septembre 2016

Après le football, le sport national en France est l’autoflagellation et ce dans tous les domaines. L’industrie n’échappe évidemment pas à la règle. Les Français s’en sortent très bien tous seuls pour prédire le déclin de leur outil productif, sous-estimer leurs propres performances et pointer les faiblesses de leurs entreprises. Peuple fier et indépendant, ils n’ont besoin de personne pour satisfaire leur plaisir à broyer du noir et leur gout de l’autocritique. Mais quand les flèches sont décochées de l’étranger, alors le coq relève la tête et se demande quelle mouche peut bien avoir piqué l’insolent qui se permet de critiquer la Grande Nation. Le récent reportage de Canal Plus sur le French Bashing (1) en fut la dernière illustration.



L’industrie française est-elle morte ?
Pour être tout à fait honnête, il faut quand même avouer qu’elle n’est pas sommet de sa forme. Le constat, tout le monde le connait. L’appareil productif dépérit depuis 30 ans. Entre 1980 et 2007, l’industrie a perdu 36% de ses effectifs soit 1,9 millions d’emplois. La part de l’industrie dans la valeur ajoutée est passée sur la même période de 24% à 14%. Depuis 10 ans, la situation s’est même encore dégradée avec la concurrence des pays à bas coûts, les atermoiements de l’euro et la crise financière. 500 000 emplois ont été ainsi détruits entre 2000 et 2010 et notre pays continue de perdre chaque année plus de 70 000 emplois industriels tous secteurs confondus. Les chiffres de l’Insee publiés en août dernier ajoutent une ombre supplémentaire au tableau puisque les commandes industrielles et les commandes à l’export ont baissé respectivement de 0,7% et de 2,1% en juin 2012 par rapport au mois précédent. Dans le même temps, la croissance du PIB tourne au ralenti avec une prévision pour l’année qui plafonne à 0,4%. Toutes ces données chiffrées confirment qu’il n’y a pas d’économie florissante sans industrie forte.

De nombreux fleurons industriels dans les secteurs de agroalimentaire (Danone, Delifrance, Bel, Pernod Ricard), le luxe (Hermès, L’Oréal, LVMH mais aussi de nombreux acteurs de second ordre comme Interparfums, Ales Groupe, Clarins, L’Occitane) et l'aéronautique (Dassault, EADS et ses sous-traitants, Zodiac) tirent cependant leur épingle du jeu. Ces success stories ne suffisent pas à assurer une balance commerciale équilibrée, mais leur stratégie, basée sur l’innovation, un savoir-faire à la française et une expertise haut-de-gamme, inspire d'autres entreprises dans des secteurs très différents. Prenons le cas d’une PME, Clextral et d’une grande entreprise, Optic 2000.

Peu connue du grand public, l’expert en technologies d’extrusion, Clextral, a bénéficié en 2011 de commandes record de plus de 28% par rapport à 2010. L’entreprise qui compte 250 salariés conçoit dans la Loire des équipements et des lignes de production destinés aux marchés de la chimie, de la plasturgie ou encore de l’énergie. Elle a fait de l’innovation et de l’environnement l’alpha et l’oméga de sa stratégie qui lui permet d’assurer ses réussites à l’international et de contribuer au développement économique du bassin d’emploi où elle est implantée. Elle prévoit d’ailleurs d’embaucher 60 personnes dans les deux années à venir.

Ces modèles de développement sont sources d’optimisme pour l’industrie française. A condition que les gouvernants apprennent à les accompagner sans céder aux sirènes de la politique spectacle ni à celle du populisme. Le compositeur américain Frank Zappa avant coutume de dire « la politique est la branche divertissement de l’industrie…». « Et vice versa » serait-on tenté d’ajouter ! La dernière campagne présidentielle et ses défilés de candidats aux chantiers navals de Saint-Nazaire, à Gandrange ou à la raffinerie de Petit-Couronne, associés aux déclarations aussi vaines que tonitruantes du ministre du Redressement Productif, ne sont pas à la hauteur des enjeux. La désindustrialisation que connaît notre pays et le malaise social qui en découle appellent une approche pragmatique qu’avait d’ailleurs tenté d’initier le précédent locataire de l’Elysée.

En préalable, les politiques doivent reconnaitre que l’entreprise est le seul lieu de création de richesses. Ensuite l'Etat doit entrainer les entreprises, les banques et les universités dans une dynamique commune. C’est toute la logique des pôles de compétitivité créés en 2004 sur le modèle des clusters américains qui rassemblent sur un même territoire et une thématique donnée, des entreprises petites et grandes, des laboratoires de recherche et des centres universitaires. Ils ont vocation à soutenir l'innovation, favoriser le développement des projets collaboratifs innovants et doivent être encouragés. L’Etat doit par ailleurs résoudre la question du coût du travail pointée à juste titre par un ancien article du quotidien allemand Der Spiegel (2). Qu’on le veuille ou non, entre 2000 et 2010, le coût du travail a augmenté de 8% en France contre seulement 1,6% en Allemagne.

L’abandon par François Hollande de la réforme de la TVA (TVA sociale ou anti-délocalisation) laisse aujourd’hui cette question en suspens. L’Etat doit enfin davantage encourager les secteurs porteurs plutôt que de dépenser l’argent public dans des secteurs menacés. A ce titre encore, on ne peut que donner raison à Der Spiegel qui critiquait les 3 milliards d’euros de prêts à bas taux accordés aux constructeurs automobiles français en échange de garanties sur l’implantation de sites de production. A l'époque, pendant que l’Etat français distribuait ces subsides et contribuait à encourager la dépendance de Renault et PSA vis-à-vis du marché européen, Volkswagen partait à la conquête de marchés émergents. Certes VW s'est heurté depuis au DieselGate, mais même en France, on ne peut pas affirmer que les usines automobiles soient sauvées. 

Les entreprises ont également un rôle à jouer. Il leur revient d’améliorer leur image pour attirer les talents. La ré industrialisation du pays sera d’autant plus solide que les mots « ouvrier » ou « usine » auront retrouvé leurs lettres de noblesse. Il faut mettre fin à la méfiance des jeunes face à l’industrie, revaloriser les métiers de main d’œuvre mais aussi convaincre les diplômés des grandes écoles d’ingénieurs de pousser les portes des usines. La relation avec les partenaires sociaux est également à revisiter afin de mieux associer les collaborateurs.

Aujourd'hui, l'industrie française est dotée d’atouts extraordinaires mais elle est à la croisée des chemins. Soit nous avançons et renouons avec une ambition industrielle fondée sur nos savoir-faire, à la fois conquérante et ancrée dans nos territoires, soit nous continuons à regarder en arrière. La seconde option n’est bien entendue pas envisageable. Sauf à vouloir laisser plumer le coq gaulois !

(1) http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid8255-c-french-bashing.html
(2) http://www.lesechos.fr/23/11/2014/lesechos.fr/0203960035321_35-heures--flexibilite--salaires---les-propositions-chocs-suggerees-a-bercy.htm




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Janvier 2017 - 20:00 Le Socialwashing et les dérives éthiques