Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Imprimerie: l'incroyable évolution technique d'un métier



Publié par La Rédaction le 5 Avril 2013

L’histoire de l'imprimerie est intimement liée à l'évolution des moyens d'expression. C'est en Europe qu'elle connaît au XVème siècle un essor incroyable grâce au célèbre Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg. Depuis lors, les techniques n'ont cessé d'évoluer vers davantage de qualité, de durée de vie, voire même de sécurité. A tel point qu'on soupçonne mal, aujourd'hui, la complexité croissante du métier. Petit voyage dans le temps...



Une invention chinoise

Bloc d'impression en bois, Yangzhou Museum
Bloc d'impression en bois, Yangzhou Museum
Même si les Egyptiens furent les premiers à graver la pierre et à écrire sur du papyrus, le procédé d'impression fut inventée bien plus tard en Chine, entre 618 et 907, au début de la dynastie Tang. Il s’agissait de la technique dite de xylogravure ou de gravure sur bois qui, comme son nom l’indique, consistait à  reproduire une image (ou un texte) en relief à partir de blocs de bois que l’on gravait, enduisait d'encre puis pressait sur une étoffe afin d’obtenir une copie du modèle gravé. La xylogravure remplaça d'ailleurs la technique du pochoir utilisée au XIVème siècle par les fabricants européens de cartes à jouer et d’images pieuses. Plus tard, entre 1049 et 1051,  un artisan chinois du nom de Pi Cheng inventa le caractère dit mobile, qui permettait d’inter-changer les lettres en fonction des contenus à imprimer, et d’accélérer ainsi le rythme de reproduction des textes.

Un perfectionnement européen

On estime que la typographie moderne ne démarre qu’à partir de 1440 lorsqu’un certain Gutenberg, orfèvre de formation,  perfectionna le procédé de Pi Cheng en utilisant des caractères mobiles, cette fois, fruits d’un mélange de plomb, d’étain et d’antimoine, qu’il était ainsi possible de refondre et par conséquent de réutiliser à loisir. Gutenberg accélérera en parallèle le rythme du tirage en créant la presse à imprimer dont l’idée lui serait venue après avoir observé le fonctionnement d’un pressoir à vin. La presse à imprimer permit notamment de produire 180 bibles en l’espace de trois ans là où 540 ans auraient, auparavant, été nécessaires. Gutenberg n’a donc pas fondamentalement inventé l’imprimerie à caractères mobiles mais plus spécifiquement un ensemble de techniques conjointes qui permirent d’améliorer significativement ce procédé venu d’Asie. L’influence de Gutenberg sur son temps fut si importante qu’il faudra attendre 400 ans pour que les méthodes d’impression connaissent un nouveau virage.
La Bible de Gutenberg, NY Public Library
La Bible de Gutenberg, NY Public Library

La révolution industrielle

La révolution industrielle a favorisé l’émergence de connaissances qui furent particulièrement utiles à l’élaboration de techniques d’impression plus rapides et plus efficaces. En 1854, une imprimerie française du nom d’Oberthur, créée douze ans à peine auparavant, publie le premier d’une longue lignée de calendriers postaux qui contribueront, pendant plus d’un siècle, à la notoriété de cet imprimeur rennais qui figurera, ensuite, parmi les plus grandes imprimeries mondiales. La composition des textes devint mécanique à partir de 1886 du fait de l’apparition de la linotype : une machine permettant de composer une ligne de texte complète en un seul bloc de plomb. La linotype se substitua à l'imprimerie dite traditionnelle à partir de 1900 et ce pour au moins 70 ans.
 
Les recherches sur la chimie, les métaux et la lumière ont ensuite débouché sur de nouvelles techniques dites photomécaniques qui permirent de préparer des formes imprimantes à partir d’images créées sur des films par photographie. La naissance de la photogravure  constitue à ce titre une avancée technologique majeure, car elle permet de reproduire à grande échelle les illustrations qui accompagnent le texte. L’industrialisation de l’impression offset, au cours des années 1960 et 1970, remplaça progressivement l’usage du plomb, grâce à un procédé de photocomposition qui, pour sa part, sera remplacé par l’informatique à la fin des années 70.

La révolution numérique

L’arrivée des Macintosh en 1984 a, en effet, bouleversé les techniques d’impression, et plus particulièrement encore, la chaîne graphique du fait de la généralisation de la publication assistée par ordinateur (PAO). La numérisation des systèmes d’impression permit ensuite de développer des tirages à une vitesse et une qualité encore jamais atteinte dans l’histoire de l’imprimerie. A ce jour, il est possible de réaliser une impression unique à chaque tour de cylindre en fonction de la nature des informations contenues dans une base de données. Il s’agit de la personnalisation de l’impression.  Nous pourrions y ajouter l’impression dite tridimensionnelle qui permet de produire un objet réel à partir d’un fichier conçu par ordinateur (CAO). Les technologies numériques connaissent aujourd'hui un nouvel essor grâce aux impératifs de développement durable, mais aussi de réduction des coûts imposés aux entreprises: la dématérialisation ou encore l'externalisation de la gestion de certains documents sont de plus en plus répandues, comme en témoigne l'essor du bulletin de paie électronique.
 
Alors comment survivre sur ce marché ultra-concurrentiel, aujourd'hui menacé par l'objectif "zéro-papier"? En devenant plus qu'un simple fabricant d'imprimantes: un acteur majeur dans les services aux entreprises. C'est en tout cas le positionnement adopté par le leader mondial des systèmes d'impression, Xerox, depuis qu'il a racheté en 2009 ACS, l'un des principaux opérateurs de l'externalisation du traitement des documents. L'objectif poursuivi par Xerox est en réalité de muer en véritable prestataire de services couvrant l'ensemble du cycle de vie du document, comme l'explique son DSI. Il s'agit en fait de "savoir gérer de manière très compétitive la dématérialisation d’énormes volumes de documents entrants, (commandes, formulaires, courriers entrants…) et l’édition de vastes volumes de documents sortants (factures, relevés, mailings personnalisés…)". Cela ne signifie pas pour autant pour Xerox un désengagement du document imprimé: l'entreprise travaille également sur des technologies visant à réduire le prix de l'impression couleur. "Ce n'est pas seulement l'impression qui coûte cher. Dans un document imprimé l'impression représente en gros 14% du prix de la page. Le reste, c'est le prix du traitement de l'information jusqu'à ce qu'elle arrive à l'imprimante. Nous travaillons donc à réduire ce coût là", indique Ursula Burns, sa directrice générale.

L’impression fiduciaire

Bureaux d'Oberthur Fiduciaire, à Londres
Bureaux d'Oberthur Fiduciaire, à Londres
Le billet de banque est un imprimé sécurisé très complexe qui mêle des qualités esthétiques relatives à l’identité régionale du lieu d’émission, et à de multiples autres contraintes techniques incluant les signes de sécurité (pour limiter la contrefaçon), la composition physique des coupures (pour faire face à l’humidité, aux tâches et aux pliages) et la fluidité de circulation (pour assurer le bon fonctionnement des distributeurs automatiques et des automates de paiement). Les imprimeurs de ce secteur hautement stratégique ont donc ceci de particulier qu’ils sont contraints d’intégrer une multitude de variables aussi diverses que le design, la sécurité et la qualité. Contrairement aux pièces métalliques, les billets se dégradent en effet si vite qu'ils sont hors d'usage après seulement quelques mois d'utilisation. Des millions de billets sont ainsi imprimés chaque jour dans le but de remplacer la monnaie usagée. La qualité d’un billet ne réside donc pas uniquement dans son esthétique mais aussi dans sa longévité. Voilà pourquoi sa fabrication est une affaire complexe. Les imprimeurs doivent en outre s’adapter continuellement aux techniques les plus pointues afin de ne jamais se laisser dépasser par les faux-monnayeurs.
 
Initialement, les premiers billets européens étaient relativement sommaires. Ils étaient imprimés à l’aide d’un procédé de gravure sur cuivre à partir de deux couleurs seulement. La date, la valeur, le numéro de série et la signature étaient ensuite apposés à la main. Les billets étaient à ce titre particulièrement pénibles à reproduire et de ce fait, faciles à imiter. Aujourd’hui les choses ont évidemment beaucoup évoluées. Les imprimeurs fiduciaires développent et impriment, dans les plus hautes conditions de sécurité, des billets de banque qui répondent aux exigences esthétiques et sécuritaires extrêmement élevées des gouvernements et des banques centrales du monde entier.
 
Le marché des documents fiduciaires ne compte que quelques acteurs mondiaux dont l'un, français, est un essaimage de l'imprimeur historique: il s'agit d'Oberthur Fiduciaire, descendant direct de l’imprimerie Oberthur fondée en 1842 à Rennes. L'entreprise tire sa reconnaissance mondiale d’un immense savoir-faire en matière de sécurité et de design. La dimension sécurité a pour objet de rendre le billet aussi infalsifiable que possible en agissant sur la composition chimique du papier, des couleurs et d’autres variables gardées confidentielles afin d’aboutir à un billet qui ne compte pas moins de 100 signes de sécurité et qui restera à jamais traçable, du fait d’un procédé extrêmement sophistiqué d’impression personnalisé. La dimension esthétique a, quant à elle, pour objet d’assurer que le billet, au travers de sa couleur et de son thème, traduise au mieux l’histoire du pays où il sera émis car il deviendra un élément à part entière de son patrimoine culturel. Un billet constitue à ce titre une véritable œuvre d’art technologique, tant et si bien que l'entreprise intègre la dimension esthétique aux éléments de sécurité de ses billets (patchs avec effets optiques obtenus par gaufrage dynamique, impression en creux, fluorescence,  motifs de fond sécurisés, etc.)
 

L’impression de demain

Les métiers de l’impression sont un extraordinaire challenge technique mais également un véritable pari artistique, qui ne cesse de repousser les limites de l’imprimerie moderne. L’émergence des nouvelles technologies redessine en permanence les techniques. La dématérialisation est sans nul doute le mouvement le plus significatif à ce jour avec l’intensification des contraintes environnementales. Mais à l’aune des mutations à l’œuvre (tablette numérique, cloud computing, etc.) on peut raisonnablement avancer que l'imprimerie moderne n'a pas à rougir de sa technicité, et entend bien prendre à bras le corps la problématique environnementale pour démentir les multiples griefs qui sont formulés à son encontre.
 
Il faut dire que la démocratisation des moyens d'impression n'est pas toujours allé dans le sens d'un usage raisonné du papier, et encore moins des consommables, bêtes noires des écologistes. En cause: la stratégie des fabricants d'imprimantes, qui proposent leurs équipements à bas coût et rattrapent leurs marges sur la consommation de cartouches d'encre. Selon certains tests, les imprimantes s'arrêtent de fonctionner alors qu'il reste en moyenne 40% d'encre dans les réservoirs. Exposés au feu des critiques, les constructeurs ont finalement entrepris plusieurs initiatives, telles la généralisation des encres sans solvant. Et il s'agit là d'une avancée technique majeure, puisque ces encres sont formulées à base de pigments ou de produits colorants à l'empreinte écologique neutre. D'autres sont des encres solides fabriquées à base de résine ne nécessitant aucun emballage. L'optimisation des process est également à l'étude, notamment pour les imprimeurs qui sont de plus en plus nombreux à opter pour des polices de texte plus économes en consommables. Par exemple, l'Université du Wisconsin a montré qu'il était possible de réduire de 18% l'utilisation de consommables en remplaçant la célèbre police Arial par du Century Gothic! Le développement durable est donc bien le prochain défi technologique de l'imprimerie.
 
L'impression 3D
L'impression 3D

Crédits photos: cc - Wikimedia















Articles les plus lus ce mois