Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

« Décarboner le monde »: une transition possible pour tous ?



Publié par Noémie Monti le 27 Novembre 2015

Croissance verte, solutions durables, décollage du solaire et de l’éolien... A l’approche de la COP21 les discours encensant les vertus des énergies vertes ne manquent pas. Mais si une prise de conscience collective quant à la nécessité d’un nouveau modèle énergétique semble s'être développée, des questions demeurent en suspens. Le développement croissant des énergies nouvelles entraine t’il nécessairement un recul des énergies polluantes ? Et surtout, tous les pays peuvent-ils se plier au régime de l’économie verte ? Etat des lieux du mix énergétique mondial.



« Décarboner le monde »: une transition possible pour tous ?
Les énergies vertes progressent, les énergies fossiles restent.

Décourager le recours aux énergies polluantes pour privilégier des énergies inépuisables, voici l’argument autour duquel s’articulent les discours du développement durable. Si cet impératif de durabilité semble s’être ancré dans l’imaginaire collectif, qu’en est-il dans la pratique ?

L’Agence International de l’Energie (AIE) constatait à quelques jours de l’ouverture de la COP21 à Paris que si la part des énergies renouvelables continue de progresser dans le mix énergétique mondial, celle des énergies fossiles se fait et se fera encore la part belle jusqu’en 2040… Ainsi, « les engagements de l'avant-COP21 annoncent un nouvel élan de transition vers un système énergétique plus efficace, à faibles émissions de carbone, mais ne modifient pas la donne concernant la croissance des besoins énergétiques dans le monde". Les besoins en énergie devraient donc « augmenter d'un tiers dans le monde d'ici à 2040, surtout sous l'impulsion de l'Inde, de la Chine, de l'Afrique, du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud-Est» selon l’AIE. (1)

Un tel constat ravive la véritable question de la COP21 : une croissance « décarbonée » à l’échelle mondiale est-elle complètement utopiste ou réellement possible ?
 

« Décarboner le monde »: une transition possible pour tous ?
La croissance « décarbonée » : une alternative viable pour tous ?

Certains modèles inspirent et encouragent à penser que la transition énergétique est sur la bonne voie. « Bon élève de l’Union Européenne », la Suède a annoncé il y a peu sa volonté de « se passer totalement des énergies fossiles » pour une économie 100% « durable ». (2) Oui, après le sans gluten, c’est au tour du « sans énergies fossiles ». Un nouveau défi qui fera de la Suède, comme l’espère la ministre pour le Développement et la Coopération Nordique Kirstina Persson, « l'un des premiers pays au monde sans énergie fossile. » (2) Un challenge certes ambitieux, mais possible selon la ministre.

Ainsi, prôner un passage aux énergies durables fait en effet sens pour des pays occidentaux pour qui une diversification de leur mix énergétique est possible. Mais en est-il de même pour des pays comme l’Afrique du Sud par exemple, dont 90% de l’électricité sont fournis par le charbon ? En effet, un pays comme celui-ci peut-il «renoncer aux énergies fossiles polluantes alors que le charbon est encore l’or noir du pays ? » (3)  « Décarboner » l’activité d’un pays comme celui-ci semble représenter encore plus de défis qu’ailleurs puisque, comme le dit le directeur de la centrale Lethabo, près de Johannesburg, Thomas Conradie : « Le charbon est une bénédiction pour notre pays. (…) Ca reste relativement peu coûteux, c’est une technologie que nous maîtrisons. Donc c’est une énergie facile à extraire. » (3) Comment donc proposer une alternative viable à des pays quasiment « mono-énergétique » ? Certains seraient tentés par la solution du nucléaire. Mais, peut-on y voir une option davantage souhaitable compte tenu des problématiques bien connues que suppose le recours au nucléaire ? Rien n’est moins sûr… La transition énergétique s’annonce donc de fait difficile pour beaucoup, d’où la nécessité de proposer mais aussi d’accompagner l’ensemble des pays vers des solutions plus durables… 
 

« Décarboner le monde »: une transition possible pour tous ?
La diversification du mix énergétique passera par l’entraide.

Le continent africain par exemple possède de nombreux atouts naturels enclins au développement d’énergies renouvelables. On pensera bien évidemment au solaire mais aussi à l’hydraulique (avec toutes les réserves de rigueur concernant la construction de certains barrages). L’alternative verte est-elle donc viable pour ces pays émergents ? La réponse est nuancée : si le potentiel est là, encore faut-il stimuler l’investissement. Car si « l’Afrique a un fort potentiel hydraulique et solaire », l’exploiter « demande beaucoup de financements.» (3) D’où la nécessité d’ « apporter un soutien aux pays en voie de développement.» (3) Voilà pourquoi demander à aux pays émergents de « décarboner » leur activité doit passer par de l’entraide et de la solidarité de la part des pays du Nord…

Constater la persistance de l’utilisation d’énergies fossiles ne doit cependant pas faire douter de l’intérêt de croire à un nouveau modèle énergétique. L’année 2014 en elle-même symbolise un effort combiné pour impulser cette transition. Car en effet, « les énergies renouvelables ont contribué à près de la moitié des nouvelles capacités de production d'énergie dans le monde. » (1) Ce qui en fait « la deuxième source de production d'électricité, après le charbon ». (1)

Bien que le constat de l’AIE soit connoté quelque peu négativement, la confiance demeure et l’Agence déclare malgré tout que les énergies renouvelables « sont en passe de devenir la principale source d'approvisionnement énergétique d'ici 2040  ». (1) La dynamique est donc en marche mais des efforts restent à faire dans un esprit plus solidaire. De nombreux enjeux et problématiques qui seront à discuter lors de la COP21 qui aura lieu à Paris ce week-end. Si la volonté semble être au rendez-vous, reste à savoir si ce sommet mondial tiendra ses promesses, ou si le monde connaîtra une réplique du sommet de Copenhague en 2009…


(1) http://www.lesechos.fr/paris-climat-2015/actualites/021515091179-transition-energetique-le-crepuscule-des-energies-fossiles-nest-pas-pour-demain-1179392.php
(2) http://www.lesechos.fr/paris-climat-2015/actualites/021505173258-la-suede-sengage-a-se-passer-totalement-des-energies-fossiles-1178106.php
(3) http://www.franceinter.fr/emission-le-zoom-de-la-redaction-les-pays-emergents-peuvent-ils-renoncer-aux-energies-fossiles-pollu
 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Juillet 2016 - 12:00 Du Made in France qui s’exporte bien