Enderi
RSS
Twitter

Le portail des thématiques industrielles et économiques internationales



Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

47 grandes entreprises françaises ciblées par une tentative d’escroquerie à grande échelle



Publié par La Rédaction le 26 Juin 2015

Selon les informations du Journal de l'Economie, une cinquantaine de grandes entreprises sont actuellement - ou ont été au cours des derniers jours - la cible d’un réseau criminel spécialisé dans l’escroquerie aux faux ordres de virement (FOVI), encore appelée « Arnaque au président ». La technique n’est pas nouvelle. Ce qui interpelle, dans le cas présent, c’est l’ampleur de l’offensive mise à jour. Rappel des procédés d'actions des pirates présumés et appels à la vigilance pour tous les collaborateurs en entreprise.



47 entreprises sous la menace imminente de la criminalité financière

(Credit : Ivan David Gomez Arce sous licence CC)
(Credit : Ivan David Gomez Arce sous licence CC)
 
C’est une longue liste de cibles que s’est procuré la rédaction du JDE, par l’intermédiaire d’un cabinet privé spécialisé dans l’investigation et la lutte anti-fraude. Pour des raisons évidentes de sécurité, les consultants qui nous ont transmis cette information préfèrent rester anonymes.
 
Ils témoignent : « la spécificité de cette affaire réside dans l’ampleur de l’attaque. A ce jour, nous ne pouvons confirmer son état de progression ou son éventuel aboutissement. Nous avons contacté chacune des entreprises ciblées pour tenter d’être mis en relation avec les directions générales ou financières afin de de les en avertir. Malheureusement, le personnel n’étant pas toujours sensibilisé à ce type de risque, certains de nos appels sont restés sans suite. »
 
Une situation qui n’étonne guère ces analystes rompus à la gestion des affaires réservées des dirigeants : «Malheureusement, ces escroqueries aboutissent la plupart du temps à cause de défaillances dans la sûreté et les procédures internes de l’entreprise. La formation des collaborateurs, la circulation intelligente de l’information et l’instauration de procédures de vérification restent les meilleurs remparts contre ces attaques. »   
 
Parmi les entreprises ciblées ou déjà attaquées, recensées par les enquêteurs, on retrouve de grands noms de l’économie française, des groupes familiaux plus discrets, et des enseignes bien connues des Français. « Des attaques qui sont en préparation depuis fin avril », précisent nos interlocuteurs, qui nous livrent ci-après le nom des entreprises ou organismes concernés :
 
Direction Finance, Ludendo, Système U, Abbott, 3 Suisses, GE Capital, Sonepar, Joué Club, Monoprix, BHR Béton, La Redoute, Eurofactor, Sephora, Picard, Imerys, Groupe Flo, GSF, DB Apparel, Optic 2000, Marionnaud, Groupe Pigeon, Invacare, Franck Provost, Auchan, Continental Corporation, Pronatura, Finifac, Provalliance, Carrefour, Vivendi, Korian, Accor, Servair, Bricorama, SKF, SNEF, SNCF, Rexel, Ecolab, Soprasteria, Chausson Matériaux, Faurecia, Immochan, Eiffage, Clemessy.
 
Lire la suite sur le JDE.